Accueil > A vivre > Tentations photographiques

Tentations photographiques

Chine, ex Union Soviétique, Tchécoslovaquie, Turquie, Iran, Ghana, Japon, France… un demi-siècle de voyages à travers le monde figé dans la petite salle d’exposition du Musée de la photographie de Reykjavik. Une cinquantaine de clichés sagement disposée dans l’espace clair et silencieux de la capitale islandaise. Durant la demi-heure de ma présence en ce lieu déserté par l’humanité, je n’entendis que le bruit de mes pas. Pas un quidam à la ronde. Voilà qui trancha avec le tintamarre de l’inauguration d’Erró.
Marc Riboud
Regarder une photographie de Marc Riboud c’est pénétrer un univers parallèle dont l’émotion serait le dénominateur commun. Le photographe est peintre. Il a fait de son boîtier un pinceau et son oeil est une électrode branchée directement sur son lobe occipital. Ses prises de vue ne nous montrent pas ce qui fut mais ce qui fut perçu. Elles font dire à l’instant capté quelques décennies plus tôt ce qu’il comprit, ce qu’il entrevit, ce qu’il ressentit. Les êtres de chair deviennent symboles d’un monde révolu; l’instantané se mue en toile de maître, révélant la drôlerie d’une posture, la poésie ou la sensualité d’une attitude, la beauté diaphane d’une scène de la vie quotidienne. La bonne nouvelle, c’est que cette exposition exceptionnelle et gratuite organisée par l’Alliance Française se tient jusqu’au 8 janvier prochain.
Souriez, vous êtes invités !

En savoir +

En savoir +

À propos de eric

Chroniqueur taquin en phase d'apprentissage.

Vous devriez lire

Agir pour la protection de la nature islandaise (fin)

La partie 1 est ici ! La partie 2 est là ! Comme promis, pour …

2 comments

  1. Sans être « perturbé », j’ai moi aussi immédiatement pensé à Midnight Exp et à cette scène où le pauvre William marche à contre-sens.

    Je confirme : l’exclusivité de la salle fut un luxe apprécié !

  2. La voilà donc, cette fameuse expo! et visitée dans des conditions que je qualifierais d’idéales: la solitude et la tranquilité sont deux conditions précieuses pour apprécier le travail des autres. J’aime baucoup la photo de Picasso, inhabituelle et rigolote. St Laurent est pareil à lui-même, il devait vraiment être exceptionnel même au quotidien. L’autre photo me perturbe, peut-être à tort, mais elle me rappelle « Midnight Express », je ressens des choses sous -jacentes.
    J’espère que les visiteurs seront plus nombreux dorénavant. Curieux ce monde où tout le monde fait du numérique mais où on ne visite pas les expos photos. On y apprend pourtant beaucoup..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous n\'êtes pas un vilain Troll... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.