islande

Islande : ça s’est passé en septembre

Comme en juillet et août l’Islande semble encore retenir son souffle dans l’attente des annonces de projets ambitieux que le Premier Ministre Sigmundur Davíð Gunnlaugsson promet de faire lors de la session à venir de l’Alþingi. Mais les sondages, en confirmant la baisse de popularité du Parti du Progrès, que préside le Premier Ministre, montrent que l’impatience grandit, alors que le gouvernement semble surtout occupé à détricoter ce qu’a fait son prédécesseur.

Les principales orientations du gouvernement

Pourtant dans un long et très intéressant discours prononcé à Londres le 19 septembre à l’occasion du Forum de l’investissement en Islande Sigmundur Davíð tente de montrer la cohérence des actions qu’il compte engager. Attaché à séduire son auditoire (« l’Islande vous attend vous et votre argent ! »), il montre qu’il n’est pas prêt à revenir sur ses promesses de campagne, notamment la réduction de l’endettement des ménages, car celle-ci est une condition à la relance de l’économie :

«(Mon gouvernement) a été élu essentiellement pour améliorer la situation des ménages en Islande et renforcer le commerce et l’industrie. Selon moi, les deux sont inextricablement liés. Il est difficile de renforcer l’activité économique et encourager l’investissement si les ménages, les familles – pierre angulaire de notre société – sont dans la détresse.(…) C’est pourquoi une approche holistique est nécessaire, à laquelle mon gouvernement s’est préparé durant l’été.»

Sigmundur Davíð développe plusieurs arguments susceptibles de conforter la confiance des investisseurs étrangers :

  • le gouvernement repose sur deux partis de centre droit qui ont de l’expérience et ont souvent gouverné ensemble,
  • il est clair sur ses choix : un budget équilibré, le choix de la Couronne comme monnaie pour l’avenir, la levée du contrôle des changes, la réduction de l’endettement, la simplification de la fiscalité, la création de nouvelles activités tournées vers l’exportation,
  • pour ses relations extérieures, il a fait le choix du multilatéralisme et veut pouvoir resserrer ses liens tant avec l’Europe, principal partenaire économique, qu’avec les Etats-Unis, à l’occasion del’accord de libre échange en cours de négociation entre les EU et l’UE, la Chine ou encore les pays riverains de l’Océan Arctique.

L’endettement des ménages, un vrai problème ?

islande
Source : www.flickr.com/photos/framsokn

On sait pourtant que pour ce qui concerne la réduction de l’endettement des ménages, le scepticisme des acteurs de l’économie est grand, non seulement sur sa faisabilité sans grever le budget de l’Etat, mais aussi sur l’intérêt macro-économique de mesures qui auraient surtout pour effet, selon eux, de relancer l’inflation. Et d’ailleurs doit-on comme Sigmundur Davíð parler de «détresse » ? Une étude récente du Bureau des Statistiques montre qu’à fin 2012, l’endettement moyen des ménages est de 10.2 millions d’Ikr (62000€) dont les 2/3 pour l’immobilier. 50% des ménages concernés ont une dette inférieure à 5,8 millions d’Ikr (30000€). La crise a certes entraîné un fort accroissement de l’endettement (+25%), mais celui-ci tend à se réduire puisqu’il était de 10.7 millions en 2009, et que sur la période l’inflation a été de 15%. Où il semble que les mesures décidées par l’ancien gouvernement commencent à produire leurs effets, même si elles sont complexes, et les banques peu motivées à les mettre en oeuvre. Autre indicateur intéressant, celui du nombre de ménage disant avoir du mal à « joindre les deux bouts » :

Tableau

La place de l‘environnement

Pendant ce temps, le gouvernement, surtout Sigurður Ingi Jóhannsson (Parti du Progrès), Ministre de la Pêche, de l’Agriculture, et aussi de l’Environnement, poursuit son travail de détricotage. Après avoir fait annuler la loi augmentant la taxe sur les pêcheries, il proposera à l’Alþingi d’annuler la loi sur l’environnement que le précédent gouvernement avait fait voter, et par laquelle étaient précisés les territoires sur lesquels aucun barrage ne pourrait être construit.

La situation économique

IslandeLes principales tendances Après avoir été annoncée à 1.7%, la progression du PNB pour 2012 a été réduite à 1.4% ; rappelons qu’il en a été ainsi en 2011, soit 2.7% au lieu de 2.9% ; des taux qui plairaient à beaucoup mais sont sensiblement inférieurs aux prévisions. Par contre pour le premier semestre 2013 le Bureau des Statistiques prévoit 2.2%. Progression à nouveau enviable, mais qui repose presque essentiellement sur l’excédent commercial, lui-même du à une exceptionnelle progression de la balance des services (+4.7%), c’est-à-dire le tourisme. Beaucoup moins satisfaisants sont le recul de l’excédent commercial pour les produits (-4.6% par rapport au premier semestre 2011) et surtout celui de l’investissement (-13%). Sigmundur Davíð et son gouvernement sont donc bien avisés de mettre l’accent sur l’investissement, mais réussiront ils mieux que leurs prédécesseurs ?

Chômage et inflation

Deux domaines satisfaisants car, malgré la difficulté de relancer l’économie, le chômage poursuit sa décroissance et l’inflation paraît presque maîtrisée. En août, le nombre de demandeurs d’emploi a été de 4.4%, à comparer à 5.7% en août 2012, soit sur les 8 premiers mois de l’année 5.7% contre 6.7% voici un an. Quant à l’inflation elle ne serait que 0.34% en septembre soit un rythme annuel de 3.9%.

Autres informations

islande

  • le gouvernement prépare la vente d’une partie du capital de Landsbanki, soit vraisemblablement le ¼ des 70% que l’Etat détient,
  • la salle de concert Harpa perdrait 302 millions d’Ikr (1.8 millions d’€) en 2013, ce qui est une sensible amélioration ( ?) par rapport à 2012 (584 millions). Les recettes de Harpa devraient être de 785 millions, dont 215 millions pour les manifestations culturelles, – les responsables du tourisme tirent la sonnette d’alarme : si celui-ci continue à progresser de 20% par an, il est nécessaire d’investir massivement dans les structures d’accueil. Il faudra aussidonner à manger à ces touristes : « aurons-nous assez de gigots d’agneau ? ». Ils demandent l’aide de l’Etat.

Relations internationales

  • Le 4 septembre, Sigmundur Davíð participe à Stockholm à la réunion des Premiers Ministres nordiques avec Barack Obama où est fait un tour d’horizon des divers problèmes économiques, environnementaux et de sécurité, concernant ces pays,
  • L’Islande a apporté une contribution de 50000$ au Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés pour l’aide aux réfugiés syriens,
  • Gunnar Bragi Sveinsson, Ministre des Affaires Etrangères, s’est rendu en visite officielle au Canada les 17 et 18 septembre. Il a notamment rencontré John Baird, son homologue canadien. L’objectif était de resserrer les liens des deux pays, notamment pour ce qui concerne la coopération arctique,
  • La 19 septembre, à l’occasion du Forum de l’investissement cité plus haut ; Sigmundur Davíð Gunnlaugsson a eu un long entretien avec William Hague, Ministre Britannique des Affaires Etrangères. A l’ordre du jour, l’énergie, la culture et les échanges commerciaux ; et évidemment la guerre du maquereau,
  • Le 20 septembre, le Ministre a reçu le Général Knut Bartels, Président de la Commission militaire de l’OTAN ; il s’agissait de faire le point sur la surveillance de l’espace aérien islandais.

Pour ce qui concerne les négociations avec l’Union Européenne, Gunnar Bragi intervient le 12 septembre devant l’Alþingi pour confirmer la volonté du nouveau gouvernement de développer une « vision positive et ambitieuse » des relations de l’Islande avec l’Europe tout en n’adhérant pas à l’UE. Il précise avoir confié à l’Institut des Etudes Economiques de l’Université d’Islande la mission d’analyser la situation économique de l’Islande par rapport à l’UE. Ce faisant il montre les limites de sa vision, car le problème est bien plus politique qu’économique.

islandeAu même moment des voix continuent de s’élever pour un référendum sur la négociation avec l’UE, notamment celles de l’ASÍ et de SA, les deux principales organisations de salariés et d’employeurs qui, dans un communiqué commun demandent que les négociations soient conduites à leur terme. Ce qui provoque le courroux des « Europhobes », tel l’ancien ministre Björn Bjarnason (Parti de l’Indépendance), qui rappelle que la vocation de ces deux organisations est de négocier ensemble et non avec l’Union Européenne ! Une autre voix importante est celle de Þorgerður Katrín Gunnarsdóttir, elle aussi ancienne ministre, et vice-présidente du Parti de l’Indépendance, pour qui la rupture des négociations est une «grosse faute».

L’Islande rebelle ?

Ceci me conduit à un nouveau chapitre que je devrais intituler : « Islande rebelle » où l’île semble vouloir s’opposer à l’Europe non seulement pour son adhésion, mais aussi sur les quotas de pêche au maquereau ; et s’opposer au monde à propos de la chasse à la baleine.

Pour ce qui concerne les maquereaux, malgré une réunion à Reykjavík où les négociateurs seraient arrivés avec la volonté d’en finir, le problème paraît sans solution, et l’Islande reste sous la menace d’un boycott de ses produits.

Venons en aux baleines, prudemment car le sujet génère d’énormes passions. En août, dans un article de presse, Hannes H. Gissurarsson, professeur de sciences politiques connu pour son soutien au libéralisme économique, m’apprend que les baleines consommeraient deux fois plus de poisson que ce que prennent les pêcheurs !

Les études ne sont pas si nombreuses à ce propos, mais il en existe une réalisée par l’Institut des Etudes Economiques de l’Université d’Islande à la demande du ministère de la Pêche. Ses conclusions, remises en mars 2010, sont pour l’essentiel les suivantes :

  • on estime le nombre des cétacés vivant dans les eaux proches de l’Islande à 50000 baleines de Minke et 20000 rorquals communs ; d’autres espèces sont présentes notamment les globicéphales, mais leur nombre est beaucoup plus faible. Seul le rorqual commun est considéré « en danger », mais plutôt dans les eaux méridionales,
  • cette population est à peu près stable ; il faudrait que la chasse annuelle soit supérieure à 800 animaux pour que l’équilibre soit rompu ; pour 2013, le quota de chasse est fixé à 154,
  • la consommation annuelle d’une baleine de Minke est d’environ 33 tonnes de poissons, encornets et crustacés, alors que celle du rorqual commun, beaucoup plus grand, est de 150 tonnes, essentiellement du krill. Le total est estimé à environ 6 millions de tonnes, dont 2 de poissons, 1.5 de sèches et encornets, 2 de crustacés
  • auxquelles il faut ajouter le phénomène de « concurrence », c’est-à-dire les conséquences de cette consommation sur la nourriture des poissons eux-mêmes.

A titre de comparaison le total des prises des pêcheurs islandais a été en 2012 de 1.450 million de tonnes. Et pendant ce temps la vie continue…

  • Tout l’été : avec une polémique ancienne, mais qui, non loin des élections municipales, prend de l’ampleur tout au long de l’été : déménager ou pas l’aéroport qui en plein centre de Reykjavík reçoit les avions des lignes intérieures. Tout y est : pétition avec 69000 signatures, contestation des politiques, opposition Reykjavík/reste de l’Islande, opposition écologie/contraintes quotidiennes… Sur ce point je renvoie à un excellent article de Dominique Pledel paru dans « Vivre en Islande »,
  • 15.09 : baleines encore : selon une étude écossaise, le « whale watching » aurait une influence négative sur elles ; d’où la question : pourquoi le voyeurisme ne dérangerait-il que certains humains ?
  • 17.09 : un enfant sur dix fréquentant les écoles maternelles est de langue maternelle étrangère – 25.09 : un billet de 10000 Ikr sera mis en circulation le 25 octobre,
  • 26.09 : selon de récentes études, la colonisation de l’Islande aurait commencé 100 à 200 ans avant 874,
  • 27.09 :: Nuk, le chat de Susanne Alsing, Danoise venue avec lui à Reykjavík à bord de son avion privé, avait disparu. Avant de repartir, Susanne Alsing a lancé un appel. La mobilisation est énorme et Nuk retrouvé. Sa propriétaire versera 100000 Ikr à des oeuvres diverses,
  • 27.09 : il n’y a jamais eu autant de morses sur les côtes islandaises depuis le 18ème siècle ; selon l’auteur de la photo ci-contre celui-ci sourirait !

À propos de Michel

Ces lignes sont le résultat de lectures, de suggestions et d’informations que je peux obtenir autour de moi, mais elles n’engagent que ma seule responsabilité.

Vous devriez lire

ORG et son épouse

Les élections présidentielles en Islande au coeur de l’actualité d’avril

Actualité politique Après un exceptionnel emballement, qui me conduit à la rédaction d’un numéro spécial …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous n\'êtes pas un vilain Troll... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.