Accueil > eric (page 5)

eric

Chroniqueur taquin en phase d'apprentissage.

Marie Charrel vous offre son dernier roman !

Depuis quelques jours, le second roman de Marie Charrel est disponible en librairies. En exclusivité pour Vivre en Islande, l’auteure, qui a choisi l’Islande pour décor principal de l’histoire, livre un extrait de « L’enfant tombée des rêves » et vous propose de gagner l’un des 5 exemplaires mis en jeu… Si vous parvenez à répondre à cette question ô combien difficile : Quel auteur Islandais a remporté le Prix Nobel de Littérature ? Postez votre réponse en commentaire; les 5 premiers recevront leur exemplaire prochainement. -l’extrait- …Le véhicule crissant sur les graviers se rapproche encore. Robert réfléchit une …

Lire plus

24h de la vie d’un policier

police islande

Député, Ministre, responsables politiques, professeurs, dirigeants d’entreprise, musiciens… Outre le plaisir que me procure cette occupation, l’intérêt de papoter sur Vivre en Islande tient aussi au fait que je rencontre des femmes et des hommes que je n’aurais très certainement jamais eu l’occasion d’aborder en d’autres circonstances. S’il y a quelques années on m’avait par exemple prédit que je partagerais un jour l’intimité d’un policier Islandais, sans doute me serais-je gaussé comme une baleine. Malgré les rares opportunités qui s’offrent aux cétacés du coin de barboter gaiement comme des poissons dans l’eau. Il y a quelques …

Lire plus

Quand je n’y suis pas. En Islande. (3)

Quand je n’y suis pas. En Islande Ça m’arrive. Ça remonte. Ça déborde même. L’autre jour il a suffit du sifflement si étonnement perceptible d’un oiseau qui passait. La ville s’était tue l’espace de quelques secondes. Les clameurs urbaines avaient cessé pour ne laisser que silence. Pour offrir à ce piaf qui voltigeait au-dessus de ma tête l’espace sonore dont il est d’ordinaire dépourvu. Alors ça m’est arrivé. Ç’est remonté. Ça a débordé même. J’étais à 64° 08′ 17″ Nord 21° 55′ 43″ Ouest. À Reykjavik donc. Ç’était un dimanche de juin à l’extrême ouest du …

Lire plus

L’interview vivifiante de Tomas R. Einarsson

Tomas R. Einarsson

Aviez-vous déjà entendu parler de Tomas R. Einarsson ? Moi pas. Je ne connaissais pas ce contrebassiste de jazz avant d’apprendre qu’il devait se produire à Paris avec sa formation. C’était en novembre dernier à l’Institut Finlandais. Avec l’accord de ce dernier, rendez-vous fut pris dans le 5e arrondissement de Paris pour un nouvel « Entretien vivifiant« . La perspective de rencontrer cet islandais amateur de musique cubaine avant son concert dans une maison de la Finlande ne pouvait qu’augurer de bonnes choses. Je ne fus pas déçu. Les personnes qui décident d’abandonner à l’âge de 25 ans une …

Lire plus

24h de la vie d’un libraire à Reykjavik

libraire reykjavik

Ari est un épicurien. Il alterne habilement entre son inclination pour les choses de l’esprit et un insatiable engouement pour les plaisirs de la vie. A fortiori s’ils s’ingurgitent. C’est qu’il peut faire frisquet en Islande. Les petits creux impromptus se font souvent sentir et les occasions de les combler raisonnablement ne manquent pas. Alors l’ancien journaliste de Morgunbladid ne se prive guère. Il vaque d’une occupation littéraire à une sustentation organoleptique avec la certitude que l’une et l’autre sont indissociables, qu’elles sont comme les deux plaisantes mamelles nourricières d’une même quiétude. Libraire à Reykjavik …

Lire plus

Reykjavik Paris, l’aller simple d’Asdis Dan

reykjavik

Soirée Rajasthan,  Hatha yoga, danse Kalbelya, chant diphonique Khöömij… Du 26 au 30 juin dernier, le festival Les Orientales a célébré le monde pastoral. Dans le village de Saint-Florent-Le-Vieil, les montagnes, les steppes, les déserts, les forêts, les îles et les fleuves se sont mises à danser, à chanter, à mimer, à chuchoter le monde avec l’ambition louable de nous restituer nos origines. Redonner une âme et un sens à des traditions qui font constamment face à l’hégémonie urbaine, à la folklorisation et à la fusion à valeur commerciale ; montrer que l’acte musical est …

Lire plus

Crimes glacés, recettes d’assassins gastronomes ?

Avant de recevoir l’ouvrage qu’Anne Martinetti et Guillaume Lebeau ont eu la gentillesse de m’adresser, allez savoir pourquoi, je m’attendais à trouver un roman policier. N’étant pas, loin s’en faut, un grand amateur du genre, j’ai d’abord craint de demeurer quelque peu froid à la perspective d’ingurgiter ces Crimes glacés-ci. La vue certes furtive de ce fouet de cuisine gisant dans une petite flaque rouge sur la première de couverture aurait dû m’alerter : même avec beaucoup d’imagination, il eut fallu être un sacré tordu pour trouver un moyen efficace d’occire son prochain avec semblable …

Lire plus

L’interview vivifiante de Birgitta Jonsdottir

révolution casseroles

J’aime cette femme, membre du Parti Pirate Islandais et Député de l’Althing qui se définit comme une « Poéticienne » et dont vous aviez peut-être découvert les « Paroles d’Islandaises » en juillet dernier. « Poéticienne » donc. Bien que le néologisme confine à l’oxymore, il n’est pas qu’une posture; il révèle la lucidité de cette révolutionnaire de la virtualité et en même temps la nature des motivations qui la porte. Car Birgitta Jonsdottir marie avec talent une froide clairvoyance qui lui permet d’appréhender la difficulté de la tâche qui l’attend (il s’agit tout de même de changer le monde, rien de moins !) …

Lire plus

L’Islande vu par… Lucas qui n’y vit pas encore !

bout du monde

«Et si on partait en Islande ?» Où ça ? Oui je conçois que lancer cette phrase en plein milieu d’une réflexion d’un futur voyage n’a pas été la chose que tout le monde attendait. L’air interloqué, le regard exorbité, le doigt encore posé sur les îles de Seychelles de l’Atlas, on me fixait, je devais me justifier ! – Oui pourquoi pas… Il parait que c’est magnifique. J’avais donc quelques jours pour faire une présentation de ce que l’on pouvait faire et trouver sur l’île. Alea jacta est ! La route fut longue et …

Lire plus

Quand je n’y suis pas. En Islande. (2)

vivre en islande

Quand je n’y suis pas. En Islande. Il arrive que mes mots soient las. Et puis qu’ils soient moches, abattus, pessimistes; osons le terme : il arrive que mes mots soient déprimés. A force d’entendre ceux des autres. Ces cris inaudibles, ces chuchotements vains, ces soupirs flasques qui défilent à la vitesse du con sur les étales opulents de l’Ineptie que les réseaux sociaux mettent à la disposition de notre narcissisme. Assis sur mon trou matinal, j’expulse d’un côté, ingurgite de l’autre. A travers l’écran miniature du téléphone de ma Pomme, je libère la pitance de la …

Lire plus