ça s’est passé en mars

Photo de Rian Fike

La chronique de février se terminait par cette annonce de dernière heure : le Président Ólafur Ragnar Grímsson allait solliciter un cinquième mandat. Pourquoi revenait il ainsi sur la décision annoncée lors de la présentation de ses vœux ? De nombreuses personnes (31.773 signatures sur une pétition !), dit-il, le sollicitaient de rester en place alors que la société islandaise allait être confrontée à des choix fondamentaux, notamment la refonte de la constitution et une éventuelle adhésion à l’UE et à l’euro… Il est vrai que l’actualité de mars a été dominée par ces deux problèmes, comme pour en montrer la complexité. Auxquels il convient d’ajouter le procès de Geir Haarde, qui a obligé chacun à revenir 3 ou 4 ans en arrière pour essayer à nouveau de comprendre une crise prévisible mais que personne n’avait voulu voir venir.

L’actualité politique : quel président, dans quelle constitution ?

Photo Páll Kjartansson
L’élection présidentielle.
« Récemment, des pétitions, contacts, articles ont exprimé une forte volonté que je revienne sur la décision annoncée lors de mes vœux de début d’année. Elle résulte de l’incertitude croissante autour de la gouvernance du pays et la place du président dans la constitution, des débats au sein des institutions et des partis politiques et des affrontements à propos de l’indépendance de l’Islande. Il paraît aussi important de rester vigilants sur la place de notre nation dans le concert international ». Voici donc ce qui officiellement motive le président à se représenter ; et d’ajouter qu’il se retirera « peut-être » avant la fin de son mandat si ces problèmes sont résolus. Indépendamment de la personnalité du président Ólafur Ragnar, des reproches qui lui sont faits sur son soutien des « business vikings », ou encore de la pertinence de ses décisions concernant Icesave, ses motivations ne sont pas du goût de tous, notamment au gouvernement : est-ce bien dans l’esprit des institutions que le Président s’arroge le droit de porter devant le peuple des lois votées dans des conditions régulières, mais qui ne lui plairaient pas ? Le Premier Ministre ne cache pas son mécontentement.
En Islande le président est élu au suffrage universel à un seul tour. L’emporte celle ou celui qui a obtenu le plus de voix. Alors que les sondages annoncent qu’un tiers des électeurs se prononcerait en faveur du président sortant, qui osera relever le défi ? Le succès n’est envisageable que si le nombre de candidats ne dépasse pas un ou deux. Or à ce jour quatre se sont déclarés, dont une femme. Ce nombre devrait augmenter encore (Salvör Nordal, ancienne présidente de la Commission Constitutionnelle, réfléchit ! Davíð Oddsson est sollicité !) puis se réduire… Je présenterai le mois prochain les candidats encore en lice.
A suivre donc une élection présidentielle beaucoup moins « tranquille » que la plupart des précédentes. Ceci procède du désenchantement souvent souligné ici ; et il est vrai que le gouvernement continue sa glissade dans l’opinion au profit, non des partis d’opposition, mais des nouveaux partis. Selon Gallup (début mars), l’Alliance Social-démocrate ne reçoit que 18.7% des intentions de vote, et la Gauche Verte 12%, soit 31% pour eux deux. De son coté, le Parti de l’Indépendance perd un peu de terrain avec 33.3% des intentions de vote, ainsi que le Parti du Progrès (13%). Mais 11% déclarent vouloir voter pour « Solidarité » (Samstaða) de Lilja Mósesdóttir, et 4.3% pour l’ »Avenir Clair » de Guðmundur Steingrímsson.
 
La réforme constitutionnelle (1)
Si les partis représentés à l’Alþingi voulaient donner raison au président Ólafur Ragnar ils ne pourraient mieux s’y prendre: voici un texte remis à sa présidente le 29 juillet 2011, puis apparemment « oublié », comme s’il embarrassait tout le monde. Pourtant les dispositions proposées ne sont en rien révolutionnaires ; elles ont le mérite de clarifier la répartition des pouvoirs et de répondre à certaines attentes exprimées lors de la « révolution des casseroles » notamment le développement de la démocratie directe. Et si, comme le font remarquer certains commentateurs, il fallait éclaircir quelques propositions, il n’était pas difficile d’interroger les membres de la commission et/ou des constitutionnalistes. Rien n’est fait jusqu’à ce que Jóhanna Sigurðardóttir, qui a montré en d’autres occasions son souci d’une réforme des institutions, annonce son souhait d’organiser un référendum en même temps que l’élection présidentielle (30 juin 2012). Ce référendum, qui à la demande de la commission doit avoir lieu avant tout débat à l’Alþingi, est selon la constitution actuelle purement consultatif et son principe doit être adopté au plus tard 3 mois avant le scrutin afin de laisser aux électeurs le temps de la réflexion.
 
Ce n’est pas simple. Le texte est long, aborde beaucoup de sujets et n’est pas toujours clair. La commission du parlement en charge d’organiser la consultation propose de poser six questions : la première sur l’ensemble du texte, les autres sur les dispositions concernant les thèmes suivants : la propriété collective des ressources naturelles non privées ; la place de l’Eglise Nationale et la laïcité ; les candidatures hors partis aux élections ; le poids des élus selon les circonscriptions (2) ; l’utilisation du référendum.
Où l’on voit que manquent les sujets les plus sensibles traités dans la proposition de la commission, tels que le rôle du Président de la République, la nomination des juges ou encore le non cumul entre les fonctions de ministre et celles de député. Le Parti de l’Indépendance, officiellement opposé au travail de la commission, ne manque pas de souligner ces lacunes… ce qui conduit son président Bjarni Benediktsson à reconnaître l’intérêt de certaines dispositions, notamment, ce n’est pas un hasard, sur les points cités ci-dessus.
L’Alþingi débat du projet jusqu’à la dernière minute possible. En vain. Le référendum n’aura pas lieu le 30 juin. Quand ? Rappelons que les modifications de la constitution dans le texte actuel supposent dans l’ordre un vote, une dissolution de l’Alþingi et un autre vote ; or les élections législatives auront lieu en avril 2013 au plus tard. Au rythme actuel il ne reste pas trop de temps !
 
Icelandic Photo Agency
Le procès de Geir Haarde.
Celui-ci démarre le 5 mars et va se poursuivre jusqu’au 16. Quarante témoins sont entendus : ministres de l’époque ou d’aujourd’hui et dirigeants de banques. Aucune nouvelle révélation (3) : on savait dès 2006-2007 que les trois banques opérant en Europe de l’Ouest étaient exposées, qu’elles avaient choisi la fuite en avant, et que le gouvernement, dans sa logique libérale, avait longtemps considéré qu’il ne lui appartenait pas d’intervenir dans des entreprises privées. Ensuite, comme l’a dit Jóhanna Sigurðardóttir, alors ministre des affaires sociales, « Geir a fait ce qu’il a pu ! ».
Le réquisitoire de l’avocat général Sigríður J. Friðjónsdóttir, porte essentiellement sur trois points : n’avoir pas été assez vigilant sur le travail des institutions en charge du contrôle des banques, n’avoir rien fait pour contraindre les banques à diminuer leur taille et/ou installer leur siège hors d’Islande, n’avoir pas exigé que Icesave devienne une filiale britannique de Landsbanki.
Ces accusations sont considérées sans fondement par Geir et sa défense : soit il n’avait pas le pouvoir, soit c’était trop tard… Aucune date n’est fixée pour l’annonce du jugement.
 
L’actualité économique.
Comme au cours des mois passés, les principaux indicateurs restent au vert. Ainsi, selon les dernières estimations du Bureau des Statistiques, le produit intérieur brut aura progressé de plus de 3% en 2011, et devrait être autour de 2.5% en 2012 et 2013. Pour mémoire, le PIB avait chuté de 6.8% en 2009 et de 4% en 2010. Quant au commerce extérieur, principal pilier de la convalescence économique de l’Islande, il reste très positif : l’excédent pour février est de 12.6 milliards d’Ikr, à comparer à 8.8 milliards en février 2011 Ikr constante). Pourtant la facture pétrolière augmente de 19.2% sur la même période.
 
L’évolution des salaires.
Une des conséquences de cette sensible amélioration a été la progression des salaires, grâce notamment au deuxième Accord de stabilité : + 6.7% en 2011. Malgré la progression de l’inflation, le pouvoir d’achat a augmenté de 4.6% sur la période (4).
Au total, pour une durée de travail moyenne de 43.4 heures par semaine, le salaire moyen d’un Islandais actif a été en 2011 de 469000 Ikr par mois (soit environ 2800 €), dont la répartition apparaît sur le graphique ci-après (5).
En salaire de base, l’écart femme/homme est de l’ordre de 20%.
Les points inquiétants : inflation et cours de la couronne.
Ce « vert » génère du « rouge » : l’inflation. Elle atteint un rythme de 6.4% en mars 2012 et rien ne laisse présager un ralentissement à court terme. Elle est alimentée par la hausse des revenus mentionnée plus haut, et aussi par la faiblesse de l’Ikr à l’égard de toutes les devises : 1 euro valait 168.73 Ikr au 30 mars et 161.85 voici un an. Bonne nouvelle pour les touristes, moins bonne pour les Islandais, surtout s’ils veulent se faire touristes à leur tour. Cette évolution, dont les causes ne sont pas claires, commence à inquiéter : l’Islande pourra-t-elle continuer à se développer avec une monnaie faible ?
En conséquence La Banque Centrale a décidé de majorer le taux de base bancaire de 0.25% à 5% ; celui-ci devrait encore progresser.
 
Revenons aux bonnes nouvelles :
  • le 12 mars l’Islande a fait au FMI et aux Pays Nordiques associés à l’accord un remboursement anticipé de 443 millions $, dus normalement en 2013,
  • l’extension de l’usine de Straumsvík (Hafnarfjörður) doit permettre la création de 500 emplois, et ce à proximité d’une région très affectée par le chômage.
Relations extérieures.
Le 7 mars Össur Skarphéðinsson, Ministre des Affaires Etrangères, vient à Paris et y rencontre notamment Alain Juppé (6). A l’ordre du jour, la progression des négociations avec l’Union Européenne et le renforcement de la coopération dans l’Arctique.
Le 20 mars Össur inaugure au Malawi un hôpital construit avec l’aide de l’Islande.
 
Les négociations pour l’adhésion à l’UE progressent à bon rythme : des 33 chapitres, 15 ont été ouverts, et 11 sont terminés. Les sujets difficiles commencent à être abordés, notamment l’énergie, dont l’Islande souhaite protéger la propriété, y compris sur le pétrole si les recherches actuelles s’avèrent positives. Restent l’agriculture, la pêche et la monnaie. Pour cette dernière, les négociateurs islandais souhaitent intégrer le SME « serpent monétaire européen » – antichambre de l’euro – le plus vite possible.
Ces progrès ne semblent pas entamer l’hostilité d’une majorité d’Islandais à cette adhésion !
 
La place des femmes.
Voici un sujet rarement abordé dans ces chroniques, mais on ne doit pas en déduire que leur auteur y est indifférent (7) ! Je relevais plus haut les disparités salariales entre femmes et hommes… Peut-être est-ce du, en partie, au fait qu’il manque 211 femmes (et 1 homme !) dans les conseils d’administration des entreprises pour que soit respecté le quota de 40% prévu par une loi qui s’appliquera à partir de septembre 2013 ? Des 285 conseils concernés, seuls 127 respectent déjà la règle. A noter toutefois que les plus hautes fonctions de l’Etat sont occupées par des femmes : Premier Ministre, Président de l’Alþingi, la moitié des ministres… Et selon toute probabilité l’élection d’une femme comme Evêque, la première en Islande. Reste la Présidence de la République…
 
Pendant ce temps la vie continue…
 
05/03 – des garages à vélos vont être construits autour des ministères afin que les personnes qui y travaillent ne soient pas contraintes d’utiliser leur voiture ; que se passera-t-il pour les gardes du corps qui actuellement escortent deux ministres qui ont été menacés ?
 
10/03 – aurores boréales : le monde entier a admiré, à juste titre, la photo prise à Fáskrúðfjörður lors de l’éruption solaire la plus puissante au cours des 5 dernières années
 
19/03 – les éruptions volcaniques ont coûté depuis mai 2010 1.3 milliards d’Ikr,
 
20/03 – en janvier 2012 il y avait 20957 étrangers vivant en Islande, soit 6.6% de la population. Les Polonais sont les plus nombreux : 9049 ( 43.2% du total), suivis par les Lituaniens,
 
20/03 – les pluviers dorés sont arrivés,
 
30/03 – c’était le jour du costume national à l’Ecole des Femmes (Kvennaskóli)


1Sur la commission, son fonctionnement et le résultat de ses travaux voir la chronique de juillet-août 2011 
2Comment à la fois faire en sorte que chaque député représente un nombre sensiblement identique de citoyens et assurer la représentation de ceux qui vivent en dehors de Reykjavík et ses environs
3Sur l’analyse de la crise par la Commission nommée par l’Alþingi voir la chronique d’avril 2010
4Source du graphique : Morgunkorn Islandsbanka – 23.03.12
5Source : Bureau des Statistiques n°63/2012
6Voir le journal en ligne de l’Ambassade de France en Islande : http://us4.campaign-archive2.com/?u=7bdefef91f87b1643291f15c6&id=0168a6d860&e=c188c9bf96#mctoc2 

 

À propos de Michel

Ces lignes sont le résultat de lectures, de suggestions et d’informations que je peux obtenir autour de moi, mais elles n’engagent que ma seule responsabilité.

Vous devriez lire

ORG et son épouse

Les élections présidentielles en Islande au coeur de l’actualité d’avril

Actualité politique Après un exceptionnel emballement, qui me conduit à la rédaction d’un numéro spécial …

5 comments

  1. @ ernos – L’article qui suit me semble rendre assez bien compte des enjeux et surtout de « l’hypocrisie » de ce procès…

    http://www.icelandreview.com/icelandreview/search/news/Default.asp?ew_0_a_id=388124

  2. Que pensent les islandais de ce procès de Geir Haarde qui arrive 4 ans après les faits, est’il le seul impliqué ?

  3. En France la campagne electorale est nauséabonde à souhait, un vrai défilé de casseroles…. Bref des propos bien souvent indignes d’hommes (surtout les hommes)qui sont censés un jour gouverner la France. On est pas loin en fin de compte des combats de Vikings, alors que tout simplement, l’enfer des pauvres, c’est le paradis des riches…(Victor Hugo ? je sais plus).

  4. Excellente suggestion Roger !
    En France, il semble que les candidats aient privilégié le lancer de Camemberts, me trompe-je ?

  5. Excellente synthèse mensuelle qui permet d’avoir un petit aperçu de la situation générale de l’ Islande. Celle – ci semble (et c’est tant mieux) s’ améliorer….. pas comme chez nous !
    En ce qui concerne les élections, je propose de fournir à tous les candidats un casque et une hache, et qu’en bons vikings, ceux – ci, s’ affrontent jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’un…
    Comment ca n’ importe quoi !!
    Ne lâchez rien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous n\'êtes pas un vilain Troll... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.