Accueil > L'Islande, vue d'ici > « Paroles d’Islandaises » : Sesselja Traustadottir

« Paroles d’Islandaises » : Sesselja Traustadottir

Et si vous pouviez rendre le monde meilleur, que feriez-vous ? Changer le monde. Défi sacré et sacrée gageure relevés par ces femmes d’Islande qui ont accepté de nous dépeindre une société plus juste. Si, comme le suggère Aragon, « l’avenir de l’homme est la femme », alors il était urgent de solliciter l’énergie créative des islandaises et de leur donner la parole.

Parfois… Non ! Souvent, concentré sur mes réglages de prises de vue, il m’arrive de ne prêter qu’une oreille distraite à mes interlocuteurs. Je comprends ce qu’ils me disent et m’attache à leur montrer l’écoute profondément inspirée qu’ils méritent. Mais il me faut avouer que le sens plus général de leur message peut aisément m’échapper. Ainsi, en quittant Sesselja, je me suis d’abord demandé où allait me conduire cette naïve apologie de la bicyclette, formidable remède aux embouteillages. C’est en ré-écoutant les dernières phrases de la chose que mon scepticisme s’est mu en lueur d’explication. Sous couvert de promouvoir un vélocipède apte à servir le déploiement d’un développement durable en déserrance, c’est le pudique plébiscite d’une autre existence que cherchait à dessiner mon hôte. Humer les parfums iodés, profiter de rencontres impromptues… Impatiente de s’imprégner des saveurs du temps qui passe, c’est une vie d’Homme avide de cycles naturels que réclamait l’adepte du bicycle. Une furieuse envie de sensations eut dit Arthur.

Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l’herbe menue,
Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

À propos de eric

Chroniqueur taquin en phase d’apprentissage.

Vous devriez lire

Althingi

Élections législatives islandaises fixées à fin octobre

À quand les élections ? Telle a été la question de l’été, à laquelle la réponse …

6 comments

  1. Apr!s un voyage en Islande, dont je suis de maniere assez lointaine originaire, j’ai réalisé ce projet : https://vimeo.com/39237035
    Je retrouve dans les mots de Sesselja tout le message sur la capacité de l’individu a faire de sa conscience une porte ouverte vers sa responsabilité.

    Merci pour ce témoignage.

    Voir cela aussi : Ce court métrage de Pierre-emmanuel Le Goff va être projeté lors des diffusion de Serious Portrait cet hiver, il a illustré par ce court m’trage un beau proverbe, « A coeur vaillant rien d’impossible’. Le procédé de projection lié à un vélo et donc à la force motrice de l’homme en plein pédalage me rapelle les triplettes de Belleville. Ce procédé sera utilisé pour les diffusions du projet dans l’espace public en partenariat avec « des cycles et des vies » à Boulogne Billancourt. Je serai le pédaleur et vous proposerai, ainsi qu’aux passants, de venir pédaler avec moi. Une image de dynamisme et de nécessité d’action pour avançer et atteindre ce que l’on souhaite, et en plus c écologique car nous produirons ainsi une partie de l’énergie nécessaire aux video-projections.
    A coeur vaillant rien d’impossible
    http://www.dailymotion.com
    Un film de Pierre-Emmanuel Le Goff avec Sarah Hamour et Sylvain Girves aka GirvoluxL’équipe:- scénario/ réalisation: Pierre-Emmanuel Le Goff- Cadre : Philippe Rougé- Son : Piotr Moussette / Raphaël Acker / Jean-Daniel Bécache aka Jidibi- Montage : Adam Carton de Wiart- Tracking : Thomas Guillou- …

    A retenir : idée dans le trailer des triplettes à 1’14 » : http://www.dailymotion.com/video/x243p9_bande-annonce-les-triplettes-de-bel_shortfilms

    Vive la Vélorution

  2. Merci Roger.
    Je comprends vos réticences quant aux plans rapprochés. C’est un parti-pris qui me plaît parce qu’il permet de faire totalement abstraction de l’environnement extérieur pour se concentrer sur les expressions du visage qui accompagnent les mots de ces femmes. ça donne de mon point de vue plus de force à leurs messages.

    Merci aussi à Bonjourpier.

    Babzy, je constate que tu connais bien l’île 🙂

  3. Du bon sens, mais il faut quand même être bien motivé pour faire du vélo en Islande … 😉

  4. Je trouve que Sesselja positionne à l’avant plan «le gros bon sens». Elle nous ramène à la crise de 2008 qui a brassé la planète et réveillé la conscience de certains, que nos comportements individuels ont un impact sur la collectivité. La relation qu’elle fait entre l’utilisation du vélo et la fluidité sur les routes est un bel exemple. Elle est très réaliste, même si on est pour l’environnement, on va continuer à voyager en avion donc on crée de la pollution.

    Le plus beau de ce reportage est le respect dégage pour les autres qui aspirent à un meilleur pour même si cela va à l’encontre de ce qu’elle souhaite. Sesslja est en réflexion sur sa vision d’un monde meilleur.

    Merci excellent reportage.

  5. Zut j’avais oublié de dire un truc : Le son est bien meilleur que sur les sujets précédents. L’image est super, mais je trouve (personnellement) les gros plans un peu trop… rapprochés à certains moments. Mais bravo, et encore…

  6. Sesselja Prône une écologie responsable, comment ne pas adhérer ? La décroissance seule pourra ralentir l’inéxorable (de lapin ?) étouffement de la planète. Il faut ralentir dans ce monde ou tout va trop vite. C’est marrant, je suis moi même sur le point d’acheter un vélo pour laisser ma voiture au garage le plus souvent possible. Bref elle est super cool, que dire de plus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous n\'êtes pas un vilain Troll... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.