touristes en islande

Islande : ça s’est passé en juin

Cette information est récurrente depuis 7 ans : l’Islande est au monde le pays le plus « paisible » . Et il est vrai que ce mois de juin a été calme : après des semaines d’agitation sociale, les grèves se terminent. Partout les nouvelles municipalités se mettent en place après des élections du 31 mai, souvent identiques à celles de la précédente mandature. Afin de ne pas ranimer la polémique autour de la rupture des négociations avec l’UE le gouvernement a choisi de laisser l’Alþingi en vacances. Tout se passe comme si l’île retenait son souffle avant une nouvelle invasion des touristes. Un seul problème l’agite : y aura-t-il un péage à l’entrée des principaux sites ?

Actualité politique

La suite des élections locales : le cas de Reykjavík

Comme je l’évoquai dans ma chronique de mai, les deux partis au pouvoir peuvent se montrer satisfaits du résultat des élections locales puisqu’ils ont chacun gagné quelques sièges. A l’inverse les deux partis vaincus lors des élections législatives de mai 2013 ont du mal à se relever de leur défaite et perdent beaucoup de terrain par rapport à 2010. L’un, la Gauche Verte, peine à redevenir audible ; l’autre, l’Alliance social-démocrate, est de plus victime de la montée en puissance d’Avenir Radieux. Au total pourtant, les alliances locales sont peu affectées.

islande actus juin 2014

Reykjavík semble faire exception : exception de taille puisque la ville à elle seule représente plus du tiers du corps électoral du pays. De plus il s’agit de donner un successeur à Jón Gnarr et son Meilleur Parti, qui ont tant fait peur aux partis traditionnels. La transition a été balisée avec soin : l’Avenir Radieux prendra la suite du Meilleur Parti, sous la direction de Björn Blöndal, proche de Jón. Mais les citoyens de Reykjavík savent que, à l’abri des gestes symboliques de leur maire, la gestion quotidienne a été assurée par Dagur B. Eggertsson (Alliance social-démocrate) en tant que Président du Comité Exécutif. Reykjavík est la seule collectivité islandaise à être dotée d‘un tel organisme de la ville. Celui-ci est véritablement plébiscité et à rebours des résultats nationaux fait passer son parti de 4 à 5 sièges sur 15, alors qu’Avenir Radieux ne réussit qu’à préserver 2 des 6 sièges que Jón Gnarr avait gagnés en 2010. Il manque donc un élu à Dagur pour former une majorité. Après quelques jours de négociation, il y inclut la Gauche Verte et les Pirates : Sóley Tómasdóttir (Gauche Verte) sera présidente du Conseil Municipal, Björn Blöndal (Avenir Radieux) prendra la place de Dagur comme président du Comité Exécutif, et Halldór Auðar Svansson (Pirates) présidera une nouvelle commission en charge de la démocratie locale.

D’autres postes sont distribués dans les divers organismes et entreprises dépendant de la Ville. Le Parti de l’Indépendance y trouve quelques compensations, mais le Parti du Progrès n’obtient aucune fonction significative. Pour Dagur il n’est pas possible de travailler avec « un parti imprévisible dont la dirigeante locale est incapable d’exprimer clairement sa position sur la construction d’une mosquée ». Né le 19 juin 1972 Dagur Bergþóruson Eggertsson, comme son épouse médecin de formation, s’est engagé très tôt en politique puisqu’il a été élu dès 2002 au conseil municipal de Reykjavík et en a été maire d’octobre 2007 à janvier 2008, mandat écourté par la défection de l’un de ses soutiens devenu maire après lui. Il a été vice-président de l’Alliance Social-démocrate de 2009 à 2013. Ce professionnel de la politique saura-t-il faire oublier Jón Gnarr ?

Porteur d’enseignements ?

Un premier enseignement, qui n’est pas une surprise, est qu’il n’y a pas de différence essentielle entre l’Alliance social-démocrate et Avenir Radieux, sinon que le second paraît comme une forme « rajeunie» du premier. Un second confirme l’ancrage du Parti du Progrès dans une droite populiste dont le nationalisme peut vite confiner à la xénophobie. Certes Sigmundur Davíð Gunnlaugsson, son président, défend son parti de toute ressemblance avec les partis d’extrême droite qui fleurissent sur le continent européen mais il ne cache pas une certaine sympathie pour leur posture quand il s’agit de l’UE. De plus il refuse de désavouer les prises de position « anti-mosquée » de sa responsable à Reykjavík, qui, il est vrai, ont permis à son parti de se réimplanter dans la capitale. Une radicalisation de son allié ne ferait pas l’affaire du Parti de l’Indépendance, au moment où, le 11 juin, son nouveau concurrent «Viðreisnin» se lance dans l’arène. Mais il est vrai que ce lancement n’est pas tonitruant, faute peut-être de débat sur l’adhésion à l’UE. Alors que les sondages d’avril lui attribuaient plus de 20% d’intentions de vote, il n’est même pas mentionné dans celui qui est publié le 2 juillet.

islande actus juin 2014

« Avenir Radieux » reprend donc sa progression : 15.7% des intentions de vote, à peine moins que l’Alliance Social-démocrate (18.2%). Le Parti de l’Indépendance reste à 25%, mais son allié est en chute libre : 12.7%, soit la moitié des suffrages obtenus que lors des élections voici un an pour le Parti du Progrès dont le Premier Ministre est président. Le lancement du programme de réduction des dettes n’a pas entraîné le redressement espéré ! Les autres partis restent stables : Gauche Verte à 12.8% et Pirates à 8%.

La situation économique

L’optimisme pourtant est de rigueur : pour la première fois depuis la crise l’indice des « attentes » que calcule l’institut Gallup est positif : 101.8. Les salaires moyens ont augmenté de 1.9% par rapport au premier trimestre de 2014, et de 5.5% par rapport à l’an passé, alors que l’inflation reste inférieure à la barre des 2.5%. Les autres résultats économiques sont très bons, dans la ligne de ce qui a été évoqué au mois de mai ; jusqu’à la balance commerciale pour les produits qui est positive pour mai : exportations 50.3 M Ikr contre 48 aux importations. Au point que certains s’inquiètent : n’y aurait il pas risque de surchauffe si tous les projets d’investissements industriels venaient à être confirmés ?

La surchauffe pourrait aussi venir des touristes dont le nombre devrait à nouveau progresser de plus de 20%. Les revenus ainsi générés sont évidemment bienvenus d’autant que beaucoup de propriétaires, fermiers notamment, ont fait d‘importants investissements. Mais beaucoup s’inquiètent, et pas seulement de la capacité de l’île à nourrir ses hôtes en viande d’agneau et produits laitiers. Faut-il s’engager dans des aménagements qui aliéneraient cette nature que les Islandais aiment tant et dont ils sont si fiers ? Accepter sa détérioration par des touristes trop pressés de « faire » l’Islande pour la respecter ? Faut-il en le taxant s’engager vers un tourisme de luxe contradictoire avec cette « terre d’aventure » si souvent célébrée ? Les débats en cours sur les « péages » que veulent instaurer certains propriétaires, le « pass » que le gouvernement tarde à mettre en place, ou encore le réaménagement des équipements de Landmannalaugar menacés d’insalubrité, témoignent des hésitations des autorités face à un problème effectivement très complexe.

L’aménagement de l’île

Il ne s’agit pas seulement de préserver l’île des touristes, mais aussi des Islandais eux-mêmes, de leur tendance, compréhensible mais si dommageable pour leur avenir, à vouloir se concentrer à Reykjavík et autour. De mémoire de chroniqueur le Premier Ministre Sigmundur Davíð est le premier dirigeant politique à s’emparer officiellement du problème. Dans son discours du 17 juin, à l’occasion du soixante-dixième anniversaire de la démocratie islandaise, il se félicite du progrès démographique, comme condition de la prospérité de la nation islandaise, mais regrette que ce progrès soit si inégal : « Les habitants des Fjords de l’Ouest sont aujourd’hui moins de 7000. En 1944, ils étaient 12500. Et dans bien d’autres parties du pays, le nombre d’habitants a diminué avec diverses conséquences économiques, à cause desquelles il n’a pas été possible de créer partout des conditions de vie comparables ». Et d’ajouter : « il paraît nécessaire de mieux répartir les services publics sur l’ensemble du territoire. » Il prépare ainsi le terrain à une annonce de Sigurður Ingi Jóhannsson, son Ministre de la Pêche : la Direction de la Pêche (70 personnes) sera transférée de Hafnarfjörður à Akureyri en 2015. Et d’autres établissements publics devraient suivre.

islande actus juin 2014

Aménagement, mais aussi pollution ! Voici que cette île réputée non polluée doit s’engager, en application du Protocole de Kyoto et par accord avec l’UE, à réduire d’un tiers sa production de gaz à effet de serre, de 2.78 millions de tonnes en 2012 à 1.98 millions de tonnes. Engagement qui n’inclut pas la « grande industrie » traitée dans d’autres accords !

Les relations extérieures

  • Le 3 juin Gunnar Bragi Sveinsson, Ministre des Affaires Etrangères, rencontre à Varsovie Elsbieta Bienkowska, Vice Premier Ministre de Pologne, pour un resserrement des liens entre les deux pays. Il faut se souvenir que les Polonais forment de loin la population immigrée en Islande la plus importante. Ceci explique qu’il y ait eu 36 candidats polonais aux élections du mois dernier, ce dont les deux ministres ne manquent pas de se féliciter,
  • C’est aussi un renforcement de la coopération que veut promouvoir l’accord signé à Reykjavík le 10 juin entre Paul LePage, gouverneur de l’Etat du Maine, et Gunnar Bragi, notamment pour l’accès des installations portuaires de Portland,
  • Le 11 juin Kristján Þór Júlíusson, Ministre de la Santé, signe à son tour à Reykjavík un accord avec ses homologues féringien et groenlandais pour favoriser les échanges d’informations sur les problèmes de santé,
  • Le 23 juin, les représentants des trois pays de l’AELE se rencontrent à Vestmannaeyjar à propos des accords de libre-échange en cours de négociation, avec l’Inde notamment qu‘ils veulent terminer au plus tôt, avec la Biélorussie, le Kazakhstan et la Russie qu’ils ont décidé de geler en soutien à l’Ukraine. Mais le sujet principal a été la négociation en cours entre l’UE et les Etats –Unis,
  • Le 25 juin, Gunnar Bragi participe à la réunion des ministres des Affaires Etrangères des États de l’OTAN, qui doit préparer la rencontre au sommet prévue les 4 et 5 septembre au Pays de Galles,
  • Le lendemain 26 juin, Gunnar Bragi est en voyage officiel en Chine, où il rencontre notamment, le 27, Wang Yi, son homologue chinois…

Pendant ce temps, les 18 et 19 juin, le Président Ólafur Ragnar Grímsson reçoit en visite officielle la Princesse Victoria de Suède et le Prince Daniel.

Et la vie continue…

  • 18.06 – un cycliste pris par un radar ; la police rappelle que la loi vaut pour tous,
  • 24.06 – début de la chasse à la baleine : Hvalur hf a prélevé 16 petits rorquals,
  • 25.06 – début de la saison touristique : on recherche un Français (qui est en fait resté à son hôtel !),
  • 26.06 – les Islandais sont les plus gros consommateurs de cannabis au monde (par habitants !),
  • 27.06 – Bjarki Karlsson a écrit une « ríma9 » de 37 strophes à propos des morsures de Lúðvík Sverrisson (Luis Suarez), dont voici la cinquième : 5. Á öld sem leið í Úrúgvæ (íðilfagurt þar es) borið var við bjartan sæ barn þeim hjónum, Suarez.
  • 28.06 – pour se prouver qu’il est bien remis d’un accident de voiture le Tchèque René Kujan va courir en Islande 21 marathons en 21 jours…
© Photos : Vice.com – Tony Prower

À propos de Michel

Ces lignes sont le résultat de lectures, de suggestions et d’informations que je peux obtenir autour de moi, mais elles n’engagent que ma seule responsabilité.

Vous devriez lire

ORG et son épouse

Les élections présidentielles en Islande au coeur de l’actualité d’avril

Actualité politique Après un exceptionnel emballement, qui me conduit à la rédaction d’un numéro spécial …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous n\'êtes pas un vilain Troll... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.