Accueil > A la une > L’islandais qui ne parlait pas anglais

L’islandais qui ne parlait pas anglais

Je vais vous raconter l’histoire d’un jeune homme islandais, que je ne connaissais pas, et que je ne connais toujours pas. Je l’ai juste croisé, une seule et unique fois. C’était à Skógar en novembre 2015. Il y a là-bas, juste à proximité de la célèbre chute, un jeune établissement hôtelier, Hotel-Restaurant Skogafoss, adjoint d’un établissement «low cost», propriété du même entrepreneur. On y mange très bien, toute l’année, notamment des filets d’omble chevalier pêchés dans l’étang tout proche. Accompagnés d’une purée spéciale maison, et d’une bière locale, c’était un vrai régal. J’y étais invité par mon ami de longue date, Þorður Tómasson, avec sa sœur, son beau-frère, son neveu et sa nièce. Ce fût ma foi fort bon. Un dîner mémorable. Je recommande sa table.

Nous étions les seuls à table, lorsque ce jeune homme en question est entré, avec tout ou partie de sa famille. Ce jeune homme s’appelait Guðmundur, et il venait fêter en famille ses 87 ans. Il ne parlait pas anglais, pas plus que sa femme, et j’ai bien l’impression que ses enfants non plus. Tout du moins, s’il maîtrisaient la langue de Benny Hill, ils le gardaient bien.

Mais après tout, qu’est ce qui justifierait qu’ils parlent une autre langue que l’islandais, leur langue maternelle, sur leur propre terre, l’Islande ? Mais après tout, quelle est la seule et unique langue officielle de l’Islande ? N’est-ce pas l’islandais ? Où est donc le problème, dans le fait que Guðmundur et sa suite ne parlaient pas l’anglais ?

langue parlée en islandeEt bien, c’est en fait tout simple : dans cet hôtel-restaurant, personne – absolument personne – ne parle islandais. Les employés sont espagnols, roumains, polonais… mais aucun n’est islandais. L’entreprise a misé sur le tourisme international, et a offert une chance inouïe de travailler en Islande a de jeunes (étudiants ou non), originaires de différents pays d’Europe et du monde. Certains diront que c’est «génial», ça permet d’ouvrir les portes de l’Islande à de nombreux jeunes, de leur donner une chance de travailler dans ce magnifique pays, de gagner en expérience…

Certes, mais quel est l’impact sur l’économie et la démographie du pays ? Employer des expatriés a toujours été une très bonne chose, quel que soit le pays concerné. Mais pourquoi 100% ? Le chômage a beau raser les paquerettes en Islande, il existe tout de même. Ce n’est malheureusement pas un cas isolé. De plus en plus d’établissements tournés vers le tourisme international optent pour ce bien curieux choix de banir les islandais. C’est le cas, entre autre, de Bus Hostel, dans la capitale, une enseigne très réputée chez les visiteurs – disons – plutôt actifs et jeunes d’esprit, et qui est surtout célèbre pour y détenir, enfermé, le tout dernier hamburger McDonalds produit sur l’île.

Et donc, Guðmundur, feignant de ne pas parler anglais – j’ai appris plus tard par Þorður qu’il faisait semblant – a eu un mal extraordinaire à se faire comprendre par les serveurs et s’en est remis à Þorður pour la commande. Et pour cause, le menu n’est même pas disponible en islandais ! Après le dîner, j’ai eu une discussion avec Alina, une des employées, originaire de Rzeszow, en Pologne, qui est une ville que je fréquente très souvent. Elle était très sympathique, professionnelle et toujours souriante, mais lorsque je lui ai demandé pourquoi personne ne parle islandais, sa réponse fût aussi glaciale que le vent qui soufflait à l’extérieur. Elle m’a répondu que l’hôtel-restaurant Skogafoss avait été ouvert non pas comme un restaurant pour les islandais, mais pour les touristes internationaux.

C’était son droit, à Guðmundur, de venir fêter son anniversaire dans le restaurant de son choix. C’était son droit, à Guðmundur, de parler islandais en Islande. Et quand j’ai demandé à cette même Alina pourquoi elle n’apprendrait pas l’islandais, elle me répondit que c’était une langue trop compliquée, et qu’avant de venir, elle avait appris l’anglais, elle !

À propos de Thomas

D'est en ouest, sans jamais perdre le nord

Vous devriez lire

Althingi

Élections législatives islandaises fixées à fin octobre

À quand les élections ? Telle a été la question de l’été, à laquelle la réponse …

6 comments

  1. ha!
    La decouverte de l’exploitation de l’islande par les islandais avec des esclaves etrangers, en general sous payes.

    Cependant, comme le dit Elise, il faut faire attention. Si il est vrai que tres peu d’islandais veulent travailler dans l’hotellerie c’est pour deux raisons principales. Premierement, cela ceux dire quitter reykjavik et sa « coolitude » deuxiement car les salaires sont miserables. Combien gagne un salarie travaillant dans un hotel en 2-2-3 12h par jour? 250k? 300k? avec de la chance, le gite et le couvert sont inclus. Il est plus interessant d’aller dire bonjour a ses cousins travaillant dans une agence de voyage et de se faire 350k en 8-16 avec ses weekend de libre.

    Et de toute facon, la mentalite islandaise fait que le travail a l’hotel est un travail d’etranger, hors de question de commencer du þrælaverk….

  2. Pour beaucoup d’établissements, je ne pense pas du tout que ce soit un choix de « bannir » les islandais.
    Nous avons un hôtel dans les fjords du Nord-Ouest et chaque année, nous embauchons une douzaine de personnes pour la saison estivale. Malgré nos recherches et nos demandes, nous ne trouvons jamais aucun islandais qui veuille venir travailler avec nous loin de Reykjavik. Nous embauchons donc des gens d’un peu partout qui sont enthousiastes pour venir nous rejoindre. Nous n’avons aucun employés islandais et chaque année, nous le regrettons. Rien à voir avec le tourisme international ou non.

    • Je comprends tout à fait. Pour ce qui est du manque de main d’oeuvre, je pense que chaque région à ses spécificités, et la demande varie d’un endroit à l’autre. Toujours est il qu’à Hvolsvollur, il y a des islandais qui cherchent du travail.
      Par contre, n’ayant plus d’emploi en Islande, si votre établissement à des postes vacants, je vous adresserais volontiers un CV. (Et en plus, j’ai appris l’islandais il y a 10 ans. Certes, je l’ai oublié, mais ça se réapprend vite, comme le patinage 🙂 )

      • Notre équipe est presque au complet pour cette année (Il nous faut encore un jardinier et un couple d’employés pour l’hôtel et le restaurant) mais avec plaisir pour le CV. Je peux le garder pour l’an prochain 🙂

    • Comme je ne trouve pas de moyen de vous contacter, je vous invite a me laisser un mail a thomas@vivreenislande.fr Svp. Merci.

  3. Très choquant. Il y a quinze jours, j’ai été assez surprise de constater qu’un employé du supermarché Hagkaup de Skeifan, dont le rôle ne semble pas de mettre les produits en rayon ni même de tenir une caisse mais de renseigner les consommateurs sur les produits du magasin ne parlait pas islandais non plus. Je ne savais pas que même Hagkaup visait le touriste international.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous n\'êtes pas un vilain Troll... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.