Danse Islande : the show must go on

Avouons-le franchement : d’une manière générale, le bonheur sincère, total, absolu d’admirer nos enfants sur une scène mis à part, les spectacles organisés par les patients professeurs de danse de nos chérubins créent rarement des vocations de chorégraphes chez les parents.
D’abord, les bousculades pour avoir les meilleures places dans la salle omnisport transformée pour l’occasion, puis les longues minutes d’attente sur des strapontins ou des chaises pliantes en guise de sièges, la chaleur, le gars juste devant qui mesure 1,90M et qui se tient bien droit, et puis nos mini stars arrivent.
Maintenant c’est la sono qui grésille, les flashs qui crépitent, les applaudissements et les cris d’encouragement qui résonnent sans interruption au rythme des hésitations, des pas oubliés, des enchainements approximatifs, les chemises, cravattes, chapeaux recyclés en guise de costumes… Bref. Voilà le souvenir que je garde de ces représentations, en France. Des trucs conçus avec amateurisme par des professeurs qui n’en ont rien à cirer parce qu’il n’y a pas d’autres enjeux que de faire sourire papi, mamie.
GaranceEt bien en Islande, un show, c’est un show. La salle, c’est un vrai théâtre, avec des places numérotées, des sièges confortables, un système d’aération qui fonctionne, une sono adaptée, un éclairage de pro… et une présentatrice. Si. Comme pour une vraie émission de télévision. Elégante, souriante, elle a présenté rapidement chacun des spectacles qui allait suivre. Bon, j’admets que, pour nous autres français, les explications en islandais se sont avérées superflues. Ceci dit, cela dénote tout de même un autre état d’esprit : ici, c’est pas parce que t’as 7 ans qu’on te prend pas au sérieux. Et puis le spectacle a commencé. Ni Patrick Dupond, ni les ballets du Bolchoï, mais j’ai fini par admettre que les deux allers-retours par semaine pour emmener Garance à ses cours n’avaient pas été inutiles. Indéniablement ils avaient répété. Et la prof de danse avait travaillé sa « choré ». Les enfants portaient des costumes identiques et à aucun moment je ne me suis dit « kess’ que j’fous dans cette galère ». Ça, je dois reconnaitre que c’est en y allant que je m’étais fait la réflexion.
Voilà, c’était bien. Cela n’a duré qu’une petite heure, sans interminable attente, et nous avons même eu droit à la présence d’un chanteur islandais très célèbre ici pour clôturer le spectacle. Et puis, surtout, j’ai véritablement été impressionné par ma fille. C’était ça le plus important.

À propos de eric

Chroniqueur taquin en phase d'apprentissage.

Vous devriez lire

Althingi

Élections législatives islandaises fixées à fin octobre

À quand les élections ? Telle a été la question de l’été, à laquelle la réponse …

4 comments

  1. De plus en plus belle la petite Garance.
    Pas mauvais le photographe.

  2. C’est un bon travail sur soi!! Il faut vraiment aller chercher loin pour se réconforter de vivre en permanence en anorak, une lampe de mineur sur la tête..
    Bravo quand même a Garance!!
    Elle aide son papa, c’est très bien ….
    Courage encore!!

  3. Tu as demandé de la visite alors me voici ! Toujours prête pour de nouvelles aventures. Ma fille de 10 ans fait de la danse également. Certes sa prof n’a pas l’exigence habituelle des profs de danse (tout en étant pro) mais je l’en remercie. Elle laisse chaque élève aller au maximum de ses possibilités sans attendre plus qu’elle ne pourrait fournir.
    Et tu sais, je crois que l’on est toujours touché par le spectacle de fin d’année et l’application de son enfant. 😉

  4. c’ est mignon ces petits bouts qui dansent …..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Si vous n\'êtes pas un vilain Troll... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.