Accueil > A vivre > Pickpoket à Reykjavik

Pickpoket à Reykjavik

Dans le Paris de la fin des années 50, Robert Bresson livre le récit désenchanté d’un jeune homme velléitaire qui cherche ses limites et veut défier la police en s’improvisant pickpoket.

Une fois installé dans le vieux siège en bois de la cinémathèque d’hafnarfjordur, fondée en 1946, avec ses rideaux de velours pourpre, j’ai d’abord eu le sentiment d’avoir loupé le film. Je veux dire que je n’ai pas réussi à croire à l’histoire qui m’était racontée. Ce n’est d’ailleurs pas tant le scénario que le jeu des acteurs qui m’a troublé.
L’absence de jeu peut-être.

Les voix d’abord : Michel (Martin La Salle) et Jacques (Pierre Leymarie) par exemple, alternaient suites monocordes de phrases récitées sans conviction et déclarations anodines déclamées telles des révélations shakespeariennes.
Surprenant.

Et puis il y avait ces étranges face à face d’acteurs ; telles de jolies poupées de porcelaine aux visages lisses et inanimés, les paupières se fermaient à intervalles réguliers. Un coup j’te fixe dans les yeux, un coup j’te regarde les couilles.
Curieux ballet de cillements impromptus, en complet décalage avec les propos échangés, auquel j’ai fini par m’habituer tant il était répétitif.

Souvent aussi, les corps raides se figeaient à l’emplacement choisi et s’activaient mollement telles des marionnettes maladroites ; comédiens condamnés à l’immobilisme par les nombreux plans fixes imposés et débitant mécaniquement leurs dialogues asynchrones.

Seule miraculeuse et plaisante exception à cette cohorte de mâles engourdis : l’émouvante et si jolie Marika Greene. Un bonheur.

Quel curieux long métrage m’étais-je dit.
Robert Bresson avait-il inventé le premier sitcom de l’histoire du 7e art ?

Pas du tout.
Pour ceux – dont je fais partie – qui l’ignoraient, Robert a majoritairement tourné avec des amateurs ; ses « modèles » comme les nommait l’ancien peintre et photographe.

Cette débauche de mines inexpressives à contretemps trouvait-elle une partie de sa justification dans cet amateurisme assumé ?
A postériori, j’en doute également.

Poétique.
C’est l’adjectif qui m’est venu pour qualifier ce film.
L’année où sortaient Ben Hur, Certains l’aiment chaud et La mort aux trousses, il fallait oser ce Pickpoket-là.
Il fallait oser désincarner les acteurs pour magnifier le propos.
Il fallait être capable de faire un film comme on conçoit une pièce de théâtre.

Avec son Pickpoket, Robert Bresson n’aurait pas volé un César.

À propos de eric

Chroniqueur taquin en phase d'apprentissage.

Vous devriez lire

Agir pour la protection de la nature islandaise (fin)

La partie 1 est ici ! La partie 2 est là ! Comme promis, pour …

2 comments

  1. C’est vrai que le « jeu » des yeux est assez curieux….

  2. drôle de sortie cinématographique que tu t’es offerte là dis moi ! ça valait quand même le coup, juste pour savoir qu’en effet, le genre pouvait être décliné dans le 7ème art 😉 tiens, au fait, on se demandait avec mon ami, hier, quels pouvaient bien être les 6 premiers ainsi que le 8ème… j’ai pas encore pris le temps de regarder chez mon copain google !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous n\'êtes pas un vilain Troll... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.