ça s’est passé en février

Même si, comme prévu, cette chronique donnera une large place à l’économie, aidée en cela par une très intéressante synthèse destinée à l’Union Européenne, l’actualité politique ne se laisse pas mettre entre parenthèses : procès de Geir Haarde, création de deux nouveaux partis politiques, débats sur la réforme constitutionnelle, suspense autour de la candidature de Ólafur Ragnar pour un cinquième mandat, autant de preuves d’un malaise dont les partis en place, dans l’opposition plus encore qu’au pouvoir, ne semblent pas prendre toute la dimension.
L’actualité politique
President Grímsson. Iceland Photo Agency.
ÓRG candidat à sa succession ?
A peine avait-il annoncé son intention de ne pas se représenter que le doute s’immisçait ; le Président avait été clair : ce ne serait pas une retraite, mais un moyen d’échapper aux contraintes de sa fonction pour dire fort ce qu’en fait il ne s’est jamais privé de faire comprendre : ce serait « non » à l’UE et à l’euro. Mais si on le suppliait… Et c’est ce qui se passe : une pétition lui a été remise le 27 février lui demandant de se représenter, couverte de 31773 signatures. Il a promis une réponse très prochaine… S’il se représente, y aura-t-il des opposants ? Attend-il de savoir ce qui va advenir de la réforme constitutionnelle ?
La réforme constitutionnelle
Stjórnlagaráð
Le Président Ólafur Ragnar est en effet un des rares à s’être intéressé au projet, pour y lire un accroissement possible du rôle du Président de la République, en dépit des dénégations des « constituants » (1).
Il faut maintenant préparer le référendum (2) sur lequel le gouvernement s’est engagé, et qui doit, à la demande des membres de la commission précéder tout débat à l’Alþingi ; il devrait avoir lieu le 30 juin en même temps que l’élection présidentielle ou à l’automne. Dans le cas où le texte serait approuvé, il devrait être soumis à l’Alþingi, puis à nouveau à l’Alþingi résultant de nouvelles élections. Lourde procédure à laquelle la commission propose de substituer un referendum sauf si le projet a recueilli 5/6ème des suffrages à l’Alþingi (3).
A l’initiative de Þór Saari, Président du Mouvement, parti issu des manifestations de l’hiver 2008-2009, et avec l’aide des députés de la majorité gouvernementale, l’Alþingi vote une motion demandant que la Commission constitutionnelle se réunisse à nouveau pendant 4 jours pour, semble-t-il, clarifier certains points de son projet. Le débat a été houleux à l’Alþingi entre ceux qui veulent ainsi préparer le référendum et ceux qui lui sont hostiles au nom de la prééminence du parlement. D’autant que Salvör Nordal, ancienne présidente de la Commission, jette de l’huile sur le feu : le texte est connu depuis 6 mois, à quoi va servir cette réunion de clarification, surtout si elle ne doit durer que 4 jours ; voudrait on suggérer à la commission d’altérer son projet ? Salvör ne se déplacera pas.
Une revendication de la Révolution des Casseroles serait elle en train de voler en éclats ?
Création de nouveaux partis
Lilja Mósesdóttir (Samstada)
C’est certainement ce que croient beaucoup d’Islandais. Déçus par le gouvernement, les uns retournent aux « valeurs sures » en se tournant vers le Parti de l’Indépendance, qui serait aujourd’hui en mesure d’obtenir la majorité absolue à l’Alþingi après avoir été vilipendé comme « fauteur de crise ». Les autres sont tentés par de nouveaux partis : après le Parti de l’Avenir Clair de Guðmundur Steingrímsson (transfuge du Parti du Progrès) (4) et Heiða Kristín Helgadóttir (très proche de Jón Gnarr), dont on connaît aujourd’hui le nom mais pas le programme, voici que naît « Samstaða », que fonde et va présider Lilja Mósesdóttir, députée ayant quitté la Gauche Verte. La réputation de Lilja (5) est telle que son parti est, dès sa fondation, crédité de 21% des intentions de vote, loin devant l’Alliance Social Démocrate (12.3%) et la Gauche Verte (8%). Selon ce même sondage le Parti de l’Avenir Clair aurait 6% des suffrages et le Mouvement 1.7%. C’est pourquoi les 3 députés du Mouvement font route vers le Mouvement des Citoyens, dont ils sont issus, pour fonder un nouveau parti !
Le procès de Geir Haarde (6)
Geir Haarde – Photo: Geir Ólafsson/Iceland Review
Le 1er mars, par 33 voix contre 27 (plus une abstention et deux absences) l’Alþingi confirme sa décision du 28 septembre 2010 de traduire Geir Haarde, Premier Ministre lors de la crise devant la Haute Cour de Justice. A l’exception du Parti de l’Indépendance, uni derrière son ancien président, et du Mouvement, favorable au contraire à cette mise en jugement puisqu’il se veut le représentant des manifestants de la fin 2008, tous les partis sont divisés. Pour Jóhanna Sigurðardóttir, qui a voté contre en septembre 2010 mais souhaite maintenant que la procédure aille à son terme, il s’agit d’une « difficile et sombre affaire » ; quant à Sigmundur Davíð Gunnlaugsson, Président du Parti du Progrès, il pense que Geir est innocent mais croit lui aussi que le procès doit avoir lieu. Première audience : le 5 mars.
La situation économique
Même la presse française y est sensible (envieuse ?) (7) : Fitch relève sa note de BB+ à BBB-. « Emprunteur fiable » comme le relève France Info ? Tous les investisseurs ne sont pas encore de cet avis ! Il est vrai que des zones d’ombre demeurent, comme le relève le FMI (8) :
  • externes : la situation économique de l’Europe, principal marché de l’Islande pour des produits très liés aux conjonctures, mais aussi source de financement pour la relance de l’économie,
  • internes, où le FMI s’inquiète à la fois du retard pris dans le développement de projets basés sur l’énergie bon marché et de l’environnement politique et juridique. Par ailleurs il rappelle que l’inflation doit être mieux maîtrisée.
Source : Statice.is
Dans un rapport très intéressant réalisé à l’intention de l’Union Européenne le Ministère des Affaires Economiques est plus optimiste (9). Loi du genre bien sur, mais excellente synthèse (66 pages !) des politiques économique et sociale conduites depuis la crise et des perspectives à venir. Les principaux indicateurs nous sont connus : progression du PNB estimée à 3.5% pour 2011, 1.5% au minimum pour 2012, et 2.1% pour 2013, chômage descendant progressivement en dessous de 7%.
La prévision est de 6.5% en 2012 et 4.9%en 2013. Pour l’avenir, les rédacteurs du rapport mettent l’accent sur l’importance du développement régional (10), et font référence à un plan « Islande 2020 » en cours d’élaboration dont les principaux objectifs sont d’améliorer les conditions de vie, l’innovation et le développement durable sur l’ensemble de l’île et de renforcer le niveau de formation et de culture. D’autres orientations sont évoquées : la politique énergétique avec pour objectif la réduction de l’utilisation d’énergies fossiles et l’accroissement de 1 à 10% de la consommation d’énergies renouvelables dans les transports, la consolidation du système bancaire, la gestion du marché du travail, le système de formation, etc… L’Islande s’ouvrira aux investissements étrangers, notamment s’ils contribuent à la diversification économique, la protection de l’environnement, ou encore le développement de nouvelles technologies.
Le commerce extérieur
L’année 2012 commence bien : l’exportation de biens est de 47.3 milliards d’Ikr soit 7.6% de plus qu’en janvier 2011, et l’importation de 37.2 milliards fob ( +3.7% ) ; les produits industriels représentent 58% des exportations et ceux de la pêche 37%…
La situation est plus difficile pour les services. Les chiffres pour janvier 2012 ne sont pas connus, mais le dernier trimestre 2011 est déficitaire de 5 milliards d’Ikr (79.5 à l’importation et 74.6 à l’exportation). Ce résultat est toutefois sensiblement meilleur que l’an passé (290 milliards d’Ikr). Le poste le plus déficitaire est celui des transports.
Le chômage
Le chômage moyen pour 2011 a été de 7.1%, à comparer à 7.6% en 2010. A noter qu’il a été de 9% à Reykjavík, 7% dans ses environs et 5% ailleurs.
Ce chômage est amorti par l’émigration, souvent évoquée ici, et en voie de retournement ; mais une intéressante étude du Bureau des Statistiques montre l’influence de la réduction du temps de travail hebdomadaire réel, passé de 46.3 heures (temps complet) en 2008 à 44.8 heures en 2010 et 45 en 2011.
Sur ces tendances positives viennent se greffer deux points inquiétants :
  • l’inflation : elle atteint 6% pour 2011, et 1% en janvier. Sa principale cause est la forte augmentation des salaires et donc le désir de consommer, alors qu’il n’est pas encore possible d’assouvir ce besoin à l’étranger. Comme ailleurs la facture pétrolière est elle aussi en cause, d’autant que la couronne donne des signes de faiblesse,
  • elle perd en effet 3% sur l’ensemble des devises par rapport à fin janvier et 4% par rapport à fin février 2011. Très intéressant pour les touristes, moins pour la maîtrise de l’inflation. Peu d’explications sont données, sinon par les tenants de l’Euro qui y voient un désintérêt inquiétant pour la monnaie nationale. Quant aux opposants, ils se divisent en partisans de la monnaie locale au nom de l’indépendance et en ceux qui veulent chercher une solution hors de l’euro : on parle beaucoup du dollar canadien… (11)
Mais ce ne sont pas les seuls problèmes ; voici que les conséquences immédiates de la crise reviennent sur le devant de l’actualité :
  • les 32 caisses de retraite (12) auraient alors perdu 480 milliards d’Ikr (2.9 milliards d’euros) soit la moitié de leurs avoirs ; la plus concernée serait la Caisse des Employés du Public : 101 milliards d’Ikr. L’opposition ne manque pas de pointer que le président de cette caisse était alors Ögmundur Jónasson, actuel ministre de l’Intérieur,
  • la Cour Suprême du Justice annule une partie de la loi du 10 décembre 2010 votée pour régler le problème posé par une autre décision de la Cour, celle du 16 juin 2010 par laquelle elle jugeait illégaux les prêts bancaires indexés sur des devises étrangères. Par souci d’équité avec les personnes ayant emprunté en couronnes, la loi prévoyait le recalcul des remboursements sur la base des taux pratiqués par la Banque Centrale d’Islande depuis la signature de l’emprunt. Ce que la Cour conteste au nom de la non-rétroactivité des lois : le recalcul doit débuter à la date de promulgation de la loi. Les banques devront donc rembourser les emprunteurs concernés, soit en première estimation plusieurs milliards d’Ikr !
Autres suites de la crise
Baldur Guðlaugsson
Baldur Guðlaugsson, Directeur du Cabinet du Ministre des Finances au moment de la crise a été condamné à 2 ans (13) de prison ferme pour avoir vendu ses actions de Landsbanki (192.6 millions d’Ikr !) les 17 et 18 septembre 2008, soit 3 semaines avant la faillite de la banque. C’est en Islande la première condamnation pour délit d’initié confirmée par la Cour Suprême,
Quant à Gunnar Andersen, Président de Commission de supervision des institutions financières, il est prié de démissionner pour n’avoir pas été clair sur ses activités précédant la crise, ce qu’il conteste.
Relations extérieures
  • Le 14 février est signé un accord avec le Japon pour développer la coopération des deux pays en matière de géothermie,
  • Le Comité Consultatif pour l’adhésion à l’Union Européenne tient sa première réunion le 24 février. Ce Comité, présidé par Salvör Nordal, professeur de philosophie à l’Université et ancienne présidente de la Commission constitutionnelle, doit réfléchir aux conséquences sociétales d’une éventuelle adhésion à l’UE. Il est composé d’une trentaine de membres venus d’horizons les plus divers : responsables associatifs, prêtre, artiste, politiques, armateurs, etc… pas tous pro-européens, tel Ari Teitsson, Président du Syndicat des Agriculteurs.
Et pendant ce temps la vie continue 
  • 04.02 : la consommation de sel pour les routes a été la même en janvier que dans toute l’année 2010,
  • 06.02 : le financement de la reconstruction de l’hôpital français de Fáskrúðfjörður est maintenant assuré,
  • 15.02 : 4320 personnes demandent un permis de chasse pour tuer 1009 rennes (588 femelles et 421 mâles),
  • 24.02 : Katrín Júliúsdóttir, Ministre de l’Industrie, a donné naissance à des jumeaux : Kristófer Áki et Pétur Logi ; tous vont bien,
  • 25.02 : Ásdís Hjálmsdóttir vient de terminer ses études de pharmacie avec la meilleure note jamais obtenue. Elle se prépare maintenant à participer aux Jeux Olympiques de Londres au lancer de javelot,
  • 02.03 : 158 personnes ont été expulsées d’Islande depuis 2007, venues pour la plupart de Pologne ou de Lituanie.
Divers : le développement du communisme en Islande, et les relations étroites de quelques dirigeants locaux, tels Einar Olgeirsson ou même Svavar Gestsson (14) avec Moscou, ont inquiété les Américains et quelques Islandais, et donc fait couler un peu d’encre. Lire à ce propos l’article de Hannes H. Gissurarson dans Grapevine (15).
1 Sur la Commission Constitutionnelle voir la chronique de juillet-août 2011
2 Dans l’actuelle constitution le référendum n’est pas une obligation
3 63 serait divisible par 6 !? 
4 Il n’est pas inutile de rappeler que le père et le grand-père de Guðmundur ont été présidents du Parti du Progrès
5 Mais Lilja a aussi du caractère… un  des vice-présidents de Samtaða vient déjà de claquer la porte !
6 Voir Point sur l’Actu de janvier 2012
10 Où, rappelons-le, l’aménagement du territoire pour éviter la poursuite de la migration vers la capitale est un enjeu essentiel 
12 Le système de retraite islandais repose essentiellement sur la capitalisation
13 Le chroniqueur français s’étonne : 2 ans ferme !?
14 Ancien ministre devenu ambassadeur et négociateur du premier accord Icesave
15 http://www.grapevine.is/Features/ReadArticle/Twists-And-Turns-In-The-History-Of-The-Icelandic-Communist-Movement

 

À propos de Michel

Ces lignes sont le résultat de lectures, de suggestions et d’informations que je peux obtenir autour de moi, mais elles n’engagent que ma seule responsabilité.

Vous devriez lire

ORG et son épouse

Les élections présidentielles en Islande au coeur de l’actualité d’avril

Actualité politique Après un exceptionnel emballement, qui me conduit à la rédaction d’un numéro spécial …

4 comments

  1. Merci pour la nouvelle bannière Malyss; vous êtes presque la seule à remarquer ce genre de détail 🙂
    Bonjourpier mis à part que je remercie aussi ! (je me dirai donc « chapeau » !)

    Roger, ton sens de la concision est impressionnant 🙂
    Pourquoi dire en tant de mots ce qui peut être si aisément résumé ?

  2. Cet article sur la vie économique et politique de l’Islande est très intéressant et il nous montre comment les islandais sont résilients.
    Le problème de de la baisse des actifs des caisses de retraites est le même un peu partout dans le monde. Nous, on a vécu un perte de 40 G$ des actifs des caisses de retraite ce qui représente 25% de diminution.
    La demande de l’Islande d’utiliser le dollar canadien est relatée dans tous les médias écrits et elle est un sujet de discussion. Les canadiens la voient d’une façon positive.
    Je ne sais pas qui a pris la photo de la bannière mais tu lui diras « Chapeau » de ma part.

  3. Article interessant, bien qu’un peu pointu !! Si j’ai bien compris, la situation de l’ Islande a tendance à s’améliorer legerement, alors que celle des Islandais est toujours aussi morose ?

  4. -Bien lu toutes les infos, mais là , je ne suis pas assez calée pour les commenter.
    Par contre..
    -La consommation de sel laisse deviner une neige excpetionnelle!
    -Pauvres rennes!
    -Un ministre qui accouche, pas courant..
    -pourquoi y-a-t-il un hopital français en Islande?
    -Chapeau à la jeune championne!
    -La nouvelle bannière est magnifique!
    Bon week-end!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous n\'êtes pas un vilain Troll... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.