ça s’est passé en juin

Grapevine
Image http://www.grapevine.is/
Il y avait eu en mai à l’Alþingi une bataille homérique autour de la réforme de la constitution et du référendum sur le projet de la commission constitutionnelle. A peine calmée elle reprend sur un autre front : la date de fin de session et avec elle le vote du projet de la loi sur les quotas de pêche ou son report à la prochaine session. Un compromis est finalement trouvé, qui permet le vote d’une partie du texte et la clôture de la session. Au moment même où va intervenir, le 30 juin, une élection présidentielle peu conforme à la tradition, les membres de l’Alþingi veulent ils ainsi montrer que l’Islande est dotée d’un vrai régime parlementaire ?

L’élection présidentielle

thora
http://www.thoraarnors.is/

Parmi les six candidats, deux dominent largement : Þóra et Ólafur Ragnar, qui représentent chacun une compréhension totalement différente de la fonction et proposent aux électeurs un véritable choix politique. Þóra se voit en représentante de la communauté islandaise, comme l’a été avec succès Vigdís Finnbogadóttir ; Ólafur Ragnar se pose en « protecteur » face à des choix difficiles, tels l’adhésion à l’Union Européenne ou la réforme constitutionnelle. Mais on sent bien qu’il passerait volontiers de « protecteur » à « guide » de la communauté : il ne la laissera pas faire n’importe quel choix, et certainement pas celui de l’adhésion à l’UE. Face à cette dramatisation, Þóra essaie d’opposer sa vision d’une communauté dynamique et pleine de ressources qui s’en remet au parlement qu’elle a élu et au gouvernement qui en résulte pour les décisions essentielles. Après avoir été au plus bas dans les sondages lors de la crise à cause de sa proximité avec les « business vikings », et malgré une personnalité souvent moquée (1), Ólafur Ragnar a ainsi réussi à transformer cette élection en un référendum sur le rôle du président, et il est en passe de le gagner (2). Pour cela il s’appuie sur une opinion tentée par le repli sur soi et met en évidence, voire alimente, l’incapacité des dirigeants politiques actuels, au pouvoir comme dans l’opposition, à proposer des choix clairs. Malheureusement la réforme constitutionnelle qui sera soumise à référendum à l’automne n’apporte pas de réponse au problème institutionnel ainsi posé.

Les lois sur la gestion de la pêche

reykjavikPendant sa campagne, pour montrer son souci d’en appeler au peuple aussi souvent que nécessaire, le président Ólafur Ragnar a indiqué qu’il lui soumettrait la future loi sur la gestion de la pêche. Il est vrai que le sujet est très important, par son impact économique, mais aussi socio-culturel. Pourtant, volontairement ou pas, les textes votés le 18 juin ne se prêtent guère au référendum. La critique avait été souvent entendue pendant la crise : le système des quotas aliénables avait permis à quelques armateurs amis du pouvoir d’alors de devenir très riches, mais avait entraîné l’appauvrissement des autres, et aussi celui des villages côtiers dont les usines n’étaient plus alimentées. Il est vrai aussi que les propriétaires de quotas avaient investi dans une flotte extrêmement performante. Aujourd’hui les Islandais sont les seuls européens à avoir une activité de pêche rentable, alors même que leurs ressources halieutiques recommencent à augmenter. Et ces performances sont une des raisons des succès économiques souvent évoqués ici. Voici un an (3), Jón Bjarnason, Ministre de la Pêche et de l’Agriculture (Gauche Verte), propose, sans même avoir consulté ses collègues, un dispositif qui gêne jusque dans son propre camp : la taxe sur les prises est sensiblement augmentée et l’attribution des quotas limitée dans le temps. Il est prié de revoir son projet puis est contraint de quitter le gouvernement lors du remaniement de janvier 2012. Son portefeuille est associé à celui de Steingrímur Sigfússon. Les débats reprennent en coulisses, dont émergent des rapports alarmistes sur la situation des armateurs et donc de l’île si le gouvernement persiste dans ses projets, et des plans de ce dernier pour mettre au service de la communauté le produit de la nouvelle taxe. Les armateurs vont jusqu’à organiser une grève de la pêche et un rallye destiné à bloquer le port de Reykjavík. La fin de session est tumultueuse car le gouvernement veut à tout prix faire voter une loi avant les vacances parlementaires.
La loi votée le 20 juin prévoit une taxe sur les prises qui rapportera autour de 13 milliards d’Ikr (4), ce qui est sensiblement inférieur aux projets initiaux (19.5 milliards) mais est un multiple de la taxe actuelle (4.5 milliards). Par ailleurs le projet de loi sur la gestion des quotas sera examiné lors de la prochaine session de l’Alþingi. Ce texte est voté avec l’accord du parti du Progrès. Le Président ratifiera-t-il cette loi ? Le fait qu’elle ne porte que sur une partie du projet gouvernemental et soit exposée à être revue enlèverait tout sens à un référendum.
Autres informations économiques
Les Islandais remboursent leurs dettes :
  • la Banque Centrale vient de verser 171 milliards d’Ikr au FMI (dont 109 milliards sur les prêts consentis par les Pays Nordiques), ce qui porte ses remboursements à 290 milliards, soit environ 55% du total (5). Ceci est rendu possible par la capacité de la Banque Centrale à emprunter à des taux inférieurs à ceux consentis par le FMI,
  • de son coté, Landsbanki a transféré 73 milliards d’Ikr au fond en charge de rembourser les Britanniques et Néerlandais au titre de Icesave ; ce fond dispose maintenant de 50% des sommes dues.
Simultanément la couronne reprend des forces : 158 Ikr pour 1 €, soit une progression de 5% en trois mois. Associée à la baisse des cours du pétrole, cette tendance est très positive pour l’inflation. Celle-ci reste cependant un point d’inquiétude, c’est pourquoi le taux de base bancaire est à nouveau augmenté de 0.5% pour atteindre 5.75%.
Autres bonnes nouvelles :
  • le PNB a progressé de 4.5% entre le premier trimestre 2011 et celui de 2012, soit la progression la plus élevée depuis la crise,
  • sur la même période l’augmentation moyenne des salaires a été de 10.3%,
  • quant au chômage il est descendu à 5.6% en mai ; sur les 5 premiers mois de l’année il a été en moyenne de 6.7%, à comparer à 8.2% pour les 5 premiers mois de 2011,
  • en avril, la balance commerciale a été comme chaque mois positive : 50 milliards d’Ikr aux exportations (avril 2011 : 42.5) et 40.7 milliards aux importations (avril 2011 : 39). Sur les 5 premiers mois de l’année, les exportations progressent de 7% par rapport à 2011, et les importations de 12.2%. Où l’on voit un effet de la reprise de la consommation et de l’activité. Par contre, pour la première fois depuis la crise, les estimations pour mai montrent une balance équilibrée, mais les importations incluent un gros chalutier.

statistiques islande

Les suites judiciaires de la crise

Ólafur Þór Hauksson
Photo dv.is

Dans un intéressant entretien avec Fréttablaðið, Ólafur Þór Hauksson, procureur spécial, fait le point sur son action. Il a pris ses fonctions le 1er janvier 2009, sans expérience particulière de ce type d’affaires. Un peu plus de 3 ans après, son équipe atteint une centaine de collaborateurs et dispose de 3, bientôt 4 salles d’interrogatoire, toujours pleines. Elle a été saisie d’une centaine de dossiers, dont l’instruction est toujours très longue tant ils sont complexes et les personnes visées bien défendues : « se taire ou mentir ». Qui plus est : beaucoup d’entre elles vivent actuellement au Luxembourg. A ce jour, Baldur Guðlaugsson, directeur de cabinet du ministre des finances lors de la crise a été condamné pour délit d’initiés : 2 ans de prison ferme (6) . Les deux premiers « banquiers » à être jugés, tous deux dirigeants de la banque Byr, ont pris 4,5 ans de prison. Dix autres dossiers doivent être prochainement transmis aux juges. Ólafur espère en avoir terminé fin 2014.

Relations internationales
Le 2 juin Össur Skarphéðinsson, ministre des Affaires Etrangères, condamne fermement les autorités syriennes, notamment pour le massacre de Houla (7).
Consécration de Agnes M. Sigurðardóttir, nouvel Évêque d’Islande
Agnes SigurdardottirAgnes Sigurðardóttir élue en avril 2012 a été consacrée le 24 juin dans Hallgrímskirkja par Karl Sigurbjörnsson son prédécesseur, démissionnaire. Agnes est le 57ème évêque depuis Ísleifur Gissurarson (1056) et la première femme élue à cette fonction. Le défi est d’importance car l’Église traverse une crise profonde. Au-delà des « écarts » de Ólafur Skúlason, prédécesseur de Karl, et au silence de ce dernier sur ces écarts8, c’est la place de cette institution, officiellement église nationale, qui est en question dans une société en profonde mutation. L’importance donnée par la presse à cette consécration alors que la pratique religieuse est devenue très faible illustre bien ce paradoxe.
Pendant ce temps la vie continue…
  • 12.06 : selon le Global Peace Index l’Islande est en 2012, comme en 2011, le pays le plus paisible de la terre (France 40ème),
  • 15.06 : cause ou effet de ce qui précède ? il y a 56 policiers de moins qu’il y a 5 ans, 2277 chiens sont enregistrés à Reykjavík,
  • 18.06 : les nouveaux bacheliers reçoivent leur casquette ; 10.000 d’entre eux vont s’inscrire à l’Université.
  • 25.06 : Ragnar Gudmundsson, directeur du port de Brjánslækur, d’où part le ferry entre les Fjords de l’Ouest et Stykkishólmur, prend sa retraite après 63 ans dans la même fonction. Vous avez bien lu : soixante trois ans !


(1) « [Ólafur Ragnar] Grimsson a réussi à devenir le seul président dans l’histoire de la république islandaise à être activement impopulaire et figure de ridicule » écrit de lui le journaliste Egill Helgason dans Grapevine (voir chronique de janvier 2010)
(2) au 22 juin : 44.5% pour ORG, 37% pour Þóra, 10% ou moins pour les suivants !
(3) Voir chronique de juin 2011
(4) Environ 780 millions €
(5) Voir http://www.ministryoffinance.is/publications/news/nr/15577. Rappelons que l’accord avec le FMI portait sur 5 milliards $ remboursables avant fin 2015, dont 2.1 apportés directement et 3 par les Pays Nordiques
(6) Voir chronique de février 2012
(7) Voir http://www.mfa.is/news-and-publications/nr/7084
(8) Sur l’Eglise et les raisons du départ de Karl, voir chronique de juillet-août 2010

À propos de Michel

Ces lignes sont le résultat de lectures, de suggestions et d’informations que je peux obtenir autour de moi, mais elles n’engagent que ma seule responsabilité.

Vous devriez lire

ORG et son épouse

Les élections présidentielles en Islande au coeur de l’actualité d’avril

Actualité politique Après un exceptionnel emballement, qui me conduit à la rédaction d’un numéro spécial …

2 comments

  1. Bonjour,
    Votre site diversifié est intéressant.
    Je souhaite vous apporter mon point de vue sur la mentalité très particulière des loueurs de véhicules en Islande, notamment AVIS-BUDGET.
    Après consultation des avis d’internautes, je constate que les agissements des loueurs sont crapuleux.
    En effet, sous des prétextes fallacieux, on vous demande, au moment de prendre votre avion de rédiger un constat d’accident que vous n’avez pas eu. Comme vous refusez et que l’on vous refuse le bon de location en retour, vous n’avez pas la possibilité de contester.
    Et bien, dès votre retour dans votre pays, vous pouvez constater que grâce à votre empreinte CB laissée en caution vous êtes ponctionné de la franchise, pour moi 1208,82 € !!! Pour rien.
    Le beau voyage se transforme en cauchemar.
    Pour moi, plus jamais l’Islande alors que ce pays est magnifique et ses habitats agréables.

  2. Très intéressant, cette revue de l’actualité, on voit que les Islandais sont capable de «retomber sur leurs pattes».
    Tu mentionnes que 10,000 bacheliers vont s’inscrire à l’université, est-ce qu’en Islande c’est la gratuité scolaire? Nous, au Québec, une partie des étudiants des Cégep et des Universités sont en «grève» depuis 6 mois. Ils refusent une augmentation annuelle de $325 sur 5 ans ce qui ramènerait les droits de scolarités à ceux payés en 1968 (en dollars constant)Ils ont adopté le carré rouge comme emblème et ceux qui sont contre la grève arborent le carré vert sans parler des carrés blancs et bruns. En Islande comme chez nous il semble qu’un débat social c’est amorcé mais c’est seulement le point de départ qui diffère.

    Je me permet de te suggérer un sujet de chronique – L’avenir de l’Islande vu par les étudiants universitaires.

    Merci pour ton excellent blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous n\'êtes pas un vilain Troll... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.