Accueil > Best of Vivre > Slow Food Islande : good mood !

Slow Food Islande : good mood !

C’était en mars ou en avril dernier, je ne m’en souviens pas précisément. Je m’étais rendu à ce rendez-vous en traînant la papatte. C’était pourtant moi qui avait sollicité cette rencontre avec Dominique, la responsable de Slow Food à Reykjavik. Allez savoir pourquoi, je m’étais d’abord imaginé que l’association prônait un mode d’ingestion alimentaire fondé sur la lenteur, oeuvrant concomitamment pour l’avènement d’un monde d’où la constipation aurait disparu. Et qu’ici, en Islande, mon interlocutrice vantait, comme d’autres membres un peu partout ailleurs, les mérites d’une mastication qui s’éternise, condition nécessaire bien que pas tout à fait suffisante d’une digestion facilitée. Il faut croire que mon cerveau peinait à s’extraire de la torpeur hivernale dans laquelle il avait été plongé plusieurs mois durant.
slow food icelandJe finis par comprendre ma méprise en voguant mollement sur le site web de l’organisation, dont je pensais alors qu’il était une sorte d’apologie virtuelle de l’eupepsie, laquelle se trouve être, comme chacun sait, l’équivalent médical d’un processus d’absorption alimentaire efficient. En réalité, je crois pouvoir écrire aujourd’hui que Slow Food est un mouvement international qui tend à privilégier une production et une consommation « responsables » en s’appuyant sur le pouvoir mobilisateur d’une alimentation authentique, désirable et saine.
Fort de cette incroyable découverte, qui raisonna en moi comme une révélation compte-tenu des effets sur mon estomac du Cheese Burger que je venais d’ingurgiter en toute hâte, je poussai la porte du Café Haïti pour découvrir mon gourou impatient de convaincre tout à fait son futur disciple dans une élégante toge diaphane.
Dominique n’était pas encore arrivée. J’en profitai pour m’installer en commandant un double expresso que j’espérai capable d’émousser la torpeur qui ne manque jamais de m’envahir lorsque j’avale semblable pitance. Je veux parler du Cheese Burger.
Puis elle est arrivée et nous avons commencé à parler.
Je vous passe les détails. Il me suffira de préciser que certaines personnes ont ce don si rare de pouvoir se métamorphoser lorsqu’elles évoquent leurs passions. Dominique Plédel Jonsson compte parmi ces OVNI. Et la philosophie Slow Food, à l’origine du phénomène, nourrit notre conversation durant les deux heures que nous passâmes ensemble.

Je n’aurais jamais envisagé de réaliser le modeste petit film qui suit si cette rencontre n’avait pas eu lieu. C’est un fait. D’ailleurs, et bien qu’il ait été réalisé avec les faibles moyens dont je dispose (notamment sur le plan sonore), je ne peux nier qu’il a été conçu comme un hommage aux idées que défend le mouvement autant qu’aux individus qui les portent.

En quittant Dominique, j’étais enthousiaste.

À propos de eric

Chroniqueur taquin en phase d'apprentissage.

Vous devriez lire

Althingi

Élections législatives islandaises fixées à fin octobre

À quand les élections ? Telle a été la question de l’été, à laquelle la réponse …

6 comments

  1. Je découvre votre blog… et je pense revenir bientôt! L’Islande m’a toujours interrogé, je vais grâce à vous connaitre autre chose que les clichés ! Bonne rentrée

  2. Mystérieux Erla, qui que vous soyez, c’est gentil !
    Pour la suite, là je ne me prononcerai pas. Parce que l’air de rien c’était pas mal de boulot, hein !? (donc désolé Roger, pas certain qu’il y ait une 2e partie à moins qu’un gentil producteur ne la finance).

  3. Excellent journaliste que ce Eric Eymard. J’avais entendu parle de ce blog et je ne suis pas decu !
    Merci vivement la suite

  4. Bravo pour ce premier documentaire d’envergure… Mis à part quelques problèmes de son (ce foutu vent Islandais !), tu t’en sorts plutôt pas mal, même si je trouve personnellement que l’on reste un peu sur sa faim. J’ai trouvé la partie sur le skyr un peu longue (plutôt mal équilibrée ?) par rapport à l’ensemble du reportage. Quoi qu’il en soit, j’espère qu’il ne s’agit que d’une première partie pour un sujet qui en mérite certainement plusieurs. Il reste certainement à parler de la pêche, de l’élevage, et bien sûr de l’agriculture. Alors encore bravo, et surtout persiste et signe !

  5. Dominique est une grande dame sans frontières!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous n\'êtes pas un vilain Troll... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.