Accueil > L'Islande, vue d'ailleurs > Reykjavik-Paris : l’aller simple de Kristín Jónsdóttir

Reykjavik-Paris : l’aller simple de Kristín Jónsdóttir

Pour certains admirateurs inconditionnels du voyage en Islande, il va sans dire que ces départs définitifs pour la France d’Islandaises et d’Islandais confinent dans le meilleur des cas à une désertion, dans le pire à une déficience avérée de lucidité qu’une surexposition nocturne pourra aisément expliquer. Comment un être raisonnable, fut-il l’habitant d’une île qui enregistre en moyenne une éruption volcanique tous les 4 ans, pourrait-il envisager semblable expatriation ? N’en déplaise à ces intégristes d’une existence Arctique irréversible, ce qui va sans dire, c’est que les candidats à la fugue sont en réalité légion. Certes, tous n’optent pas pour le charme exotique de l’hexagone et l’accueil si chaleureux de ses résidents. Le Danemark, la Norvège, la Suède… mais aussi, le Canada ou les Etats-Unis peuvent offrir des débouchés professionnels attractifs ou constituer des pays de cocagne pour les étudiants de l’île aux volcans. Mais la France reste une destination rêvée pour nombre de vikings. Alors il conviendra de ne pas s’étonner que Kristin soit véritablement tombée amoureuse de sa capitale et qu’elle envisage d’y finir ses jours. Ce qui ne l’empêche pas de donner son point de vue sur les lacunes de son pays d’accueil.

À propos de eric

Chroniqueur taquin en phase d'apprentissage.

Vous devriez lire

road-trip en Islande

Le road-trip en Islande de Stéphanie

L’Islande n’est pas limitée à l’aurore boréale et à sa farandole de couleurs qui illumine …

8 comments

  1. Pour en savoir plus sur le profil économique et social de l’Islande : http://www.oecd.org/fr/islande/

  2. Plus de débouchés (encore que en ce moment…), délinquance omniprésente à Paris peut-être, comme je l’ai dit plus haut on ne cherche que ce qu’il nous manque (l’herbe est plus verte chez le voisin que chez nous…), exotisme etc…

    • J’ai crût entendre dire que les islandais avaient des problèmes avec leur monnaie (dévaluations) mais ce genre de subtilités m’échappent un peu.

  3. je ne comprend pas vraiment pourquoi certain Islandais cherche a s’installer chez alors qu’en terme de qualité de vie , ils nous sont largement supérieur , sans comptez notre délinquance omniprésente , ainsi que notre économie qui est a la botte du conseil de l’Europe .

  4. Damned, cela m’apprendra à ne pas parcourir le site plus avant :o. (je ne le feuillette que depuis peu).
    Néanmoins, le sens de l’interview était, on dirait un peu orienté (étant de province j’éviterai la région parisienne si le choix m’y échoie). Sans atteindre l’identité trait pour trait entre l’ Islande et la France, des étendues moins polluées, moins peuplées, moins « accélérées » sont trouvables sur le continent et en 42 ans elles (et sa famille on dirait) aurait pût explorer un peu plus. Bref, de la solidarité, du calme, de la nature qui se rappelle à nous, il y à de ça en France, mails il faut en quitter si possible le centre économique/bla bla…/parisien.
    Un adage dit (non verbatim) on chéri ce qu’il nous manque, pas ce dont nous disposons.
    Pour finir, l’Islande n’est pas le paradis, la France n’est pas l’enfer, même si les nuages se font bas en ce moment.
    Au plaisir de vous lire. 🙂

    • Il existe bien évidemment en France des lieux qui répondent aux critères de paix, de sérénité… auxquels aspirent certains. Dans le cas de Sigga, des contraintes personnelles ont contribué à annihiler purement et simplement les alternatives.
      Toujours est-il que je partage votre conclusion. C’est d’ailleurs le plus souvent dans nos caboches névrosées que paradis et enfer prennent racine. 🙂

  5. @Billault – je vous invite à visionner le film de Sigga qui évoque la France de façon plus générale
    http://www.vivreenislande.fr/2012/11/reykjavik-paris-aller-simple-1er-episode.html
    Merci pour votre commentaire

  6. Bonjour,
    Je m’intéresse en dilettante à l’Islande et m’informe de-ci de-là à ce sujet.
    Si un jour j’effectuai un voyage là-bas, se serai sans doute en partie pour les raisons habituellement évoqués par tous les amoureux de ce pays, nul besoin de les évoquer.
    Par contre, j’aurai bien aimer connaître le ressenti des Islandais, et en particulier de leurs expatriés sur la France et les Français (rien d’ethnocentriste la dedans, simplement de la curiosité). Pour être plus précis, la France se n’est pas que Paris et ses ~6 millions d’habitants, mais également une multitude de villes/villages aux nombres d’habitants divers. Mme Kristín Jónsdóttir a, j’imagine, déja prit des vacances et en a profitée pour visiter ce que l’on appel la Province. Par exemple, même si Grenoble n’est pas une capitale, elle a le même ordre de grandeur du nombre d’habitants que Reykjavik. Bref j’aurai apprécié un avis plus prolixe.
    Néanmoins une grand merci à Kristin (et sa famille) et à vous pour ce témoignage.
    Amicalement 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous n\'êtes pas un vilain Troll... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.