Accueil > A la une > L’Islande est une île

L’Islande est une île

Note préliminaire : les opinions exprimées dans cette Petite chronique urbaine n’engagent que leur auteur et ne représentent pas forcément celles de la majorité. Mais y a-t-il une majorité quelconque sur un sujet donné ?

L’insularité est un phénomène socio-politique qui n’est pas forcément lié au fait que le sujet examiné soit géographiquement une île. Il se définit essentiellement par le fait qu’une communauté isolée par les conditions naturelles fonctionne sur des critères endogènes qui peuvent paraître conflictuels avec les communautés voisines lorsque elles entrent en contact. Dès lors, nombreux sont les sujets abordés dans la communauté insulaire qui déclenchent des conflits, cette fois-ci internes. Tel est le cas de l’Islande.

gouvernement islande
Bjarni Benediktsson

L’actuel ministre des Finances, Bjarni Benediktsson, président du parti conservateur, vient de déclarer, lors d’une interview (Austurfrétt, 10.2.2014) dont il est peu avare,

« [notre] objectif est atteint, les partis de gauche sont écartés du pouvoir… il y avait quelque chose qui fonctionnait de travers quand nous n’étions pas au pouvoir. Quelque chose à l’inverse de ce qui aurait dû être ».

La probable confidence d’un chef de parti qui souhaite se reconnecter avec les actifs du gouvernement précédent – celui qui a conduit à la crise financière la plus profonde qu’ait connue l’Islande, et qui malgré les articles de louanges de la presse mondiale, n’est pas terminée. A preuve, Icesave repointe le bout de son nez.

Chaque homme est une île.

Qui pourrait avoir une telle idée ? Proposer pour le mois de Þorri (période durant laquelle on se rapproche des traditions du temps où l’Islande, pauvre, faisait des provisions à l’automne en conservant la viande et surtout les abats dans du petit lait qui acidifiait) une bière intitulée « bière baleine » contenant de la farine gouvernement islanded’os et des déchets de baleine… Il fallait oser. Une micro-brasserie de Borgarnes l’a fait. Sans doute pour écouler ses stocks de Noël qui ne se sont pas vendus, ont dit les mauvaises langues. Seul petit problème : la farine d’os de baleine (stockée depuis 5 ans) n’est autorisée ni pour l’alimentation humaine, ni pour les animaux. Et les citernes sont pleines de bière de baleine… Qu’importe. Le ministre de l’agriculture décide de passer outre les décisions des autorités sanitaires et d’autoriser la vente de la bière en question pour le dit-mois de Þorri, et de faire faire une recherche sur les composants de cette cervoise viking très particulière. Il suffira d’interdire la bière ensuite. Seul autre problème : la vente de la bière est limitée à… 30 jours ! Comme pour toutes les autres bières de Þorri. Elle aura été vendue par le Monopole ÁTVR pendant ce temps. Les consommateurs ? Qu’importe. Vendons.

Chaque homme est une île.

gouvernement islandeUn demandeur d’asile nigérian doit être expulsé après le refus de sa demande par les autorités. Un mouvement de protestation se dessine, sa compagne est enceinte mais il est soupçonné de proxénétisme – ou du moins c’est ce qui se chuchote de « bonne source ». La protestation enfle. Et puis un jour les journaux publient des informations personnelles sur ce demandeur d’asile, qui aurait fait partie de bandes criminelles dans son pays d’origine et aurait un bilan peu glorieux à son actif. D’où viennent ces informations supposées confidentielles ? Pas trop clair. Elles proviendraient d’une note interne du Ministère de l’Intérieur. La Ministre de l’Intérieur, interrogée au Parlement ainsi que par la presse, se refuse à tout commentaire en certifiant que la note ne provient pas du ministère. Une enquête de police est ouverte – la police étant sous la tutelle du dit Ministère de l’Intérieur, bien des voix se sont élevées pour demander à ce que la ministre quitte son poste le temps de l’enquête. Mais il n’en est pas question. Je détiens le pouvoir et je le garde. Il manque quelques plombiers et quelques Canards Enchaînés…

Chaque homme est une île. Chaque femme aussi.

gouvernement islande
Gunnar Bragi Sveinsson

L’Islande est une île. L’ancien gouvernement de Johanna Sigurdardottir, sociaux-démocrates en tête, avait engagé les négociations en vue du processus d’adhésion à l’Union Européenne. Selon plusieurs sondages, une majorité des citoyens se dégageait contre l’adhésion mais en faveur de la menée à terme des négociations et d’un référendum sur l’adhésion. Le gouvernement sortant avait d’abord promis l’interruption des négociations tout en entretenant un complet flou artistique quant au référendum : la consultation populaire concernerait-elle l’adhésion à proprement parler ou bien la poursuite des négociations ?  Le Ministre des Affaires Etrangères a finalement fait part de la décision du gouvernement à Bruxelles : prétextant une annexion de l’Islande par l’Union Européenne, il a précisé que les négociations étaient suspendues mais a démenti qu’elles étaient définitivement abandonnées. La clarté en Islande est un vrai souci ! Le même s’est révolté quand Bruxelles a décidé de ne pas reconduire le soutien financier devant permettre au pays candidat de mettre sa législation en conformité avec la législation en vigueur dans l’Union. Il a signé parallèlement un accord de libre-échange commercial avec la Chine et recommandé de mettre l’Arctique en tête des priorités du gouvernement.

Oui, l’Islande est bien une île.

PS ~ Dernières nouvelles : le Premier Ministre, Sigmundur Davíð Gunnlaugsson était dimanche 16 février l’invité principal du débat télévisé animé par un ancien conseiller municipal du Parti de l’Indépendance, Gísli Marteinn Baldursson. L’animateur pressant le Premier Ministre de répondre à ses questions et le mettant face à ses contradictions, le débat tourna au vinaigre. Le chef du gouvernement accusa l’animateur de ne pas le laisser répondre et de ne pas faire son travail correctement; Sigmundur a sans doute pensé que « l’attaque était la meilleure défense » ! Le week-end dernier, cette altercation fut le principal sujet de discussion tant sur les radios que sur les réseaux sociaux et les commentaires fleuris se sont poursuivis depuis. Un ministre qui faute d’accepter la critique et d’être suffisamment compétent pour y répondre prétexte des attaques personnelles ou des malentendus, un animateur décidé à ne pas se laisser faire, un pays qui s’enflamme moins sur le fond que sur les formes… Insularité vous dis-je !

© Photo du réfugié nigérian

À propos de Dominique

Slow foodienne à 100%.

Vous devriez lire

Althingi

Élections législatives islandaises fixées à fin octobre

À quand les élections ? Telle a été la question de l’été, à laquelle la réponse …

2 comments

  1. Bonjour !

    Je viens de tomber sur votre blog que je trouve très sympa.
    De mon côté, j’ai créé le site http://www.aux-cinq-coins-du-monde.com/ et je recherche des expatriés francophones pour partager leurs vies et expériences à l’étranger via des interviews.
    Si cela vous intéresse de répondre à une interview, n’hésitez pas à m’envoyer un mail à l’adresse : sarabourg99@gmail.com.

    Bonne journée.
    Sara
    http://www.aux-cinq-coins-du-monde.com/

  2. Bravo Dominique, j´espère bientôt voir cet article pointer son nez dans les médias du coin, histoire de jeter de l´huile essentielle sur le feu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous n\'êtes pas un vilain Troll... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.