Accueil > A la une > Des Chevaux et des Hommes… Et des femmes !

Des Chevaux et des Hommes… Et des femmes !

Leurs robes sont blanches, brunes, noires, seuls ou en groupe ils paissent tranquillement, trottinent et « töltent » dans les plaines, les rivières et les chemins caillouteux de la campagne islandaise. Benedikt Erlingsson les filment de loin comme de près, de si près parfois qu’on peut apercevoir dans leurs pupilles les reflets diaphanes des hommes, maîtres omnipotents de leurs destins.

des chevaux et des hommesAmateurs d’équidés vous serez comblés : dans Des Chevaux et des Hommes, il y a des chevaux, beaucoup, souvent. Ils hennissent de temps à autre, à défaut de pouvoir faire mieux, mais comme leurs cavaliers n’en disent guère plus, l’équilibre est respecté. Dans Des Chevaux et des Hommes, les chevaux sont indissociables des aventures dérisoires qui occupent les habitants de cette communauté dispersée. Hommes et bêtes sont si proches, leurs desseins amoureux sont si intimement comparables, que les conventions fièrement perpétuées par les premiers confinent au pathétique quand les seconds montrent la voie à suivre.

Tout cela aurait pu être terriblement ennuyeux. Heureusement, pour son premier long-métrage, Benedikt Erlingsson ne manque pas de cet humour brut et décalé dont usent les islandais pour parler de leurs concitoyens. Les stratagèmes éthylico-aqueux de Grimur par exemple, qui n’hésite pas se jeter avec son canasson dans l’eau glacée d’un fjord pour acheter quelques bidons d’alcool frelaté aux marins russes d’un chalutier qui passait par là, méritent le détour. Et puis les panoramas grandioses que nous offre Bergsteinn Björgúlfsson pour les images compensent largement l’absence de véritable histoire. Enfin, dans Des Chevaux et des Hommes, plus que des hommes, il y a des femmes. L’opiniâtreté de Solveg (Charlotte Bøving) et l’héroïsme de la belle Johanna (Sigríður María Egilsdóttir) illustrent l’influence et la place de l’autre sexe sur l’île. Disons prosaïquement qu’à l’instar de Juan Camillo, dont les résolutions vitales et chirurgicales constituent la scène la plus difficile du film, les femmes prouvent qu’elles aussi en ont.

Alors en selle. Ce film mérite qu’on galope le voir.

En savoir +

À propos de eric

Chroniqueur taquin en phase d'apprentissage.

Vous devriez lire

Althingi

Élections législatives islandaises fixées à fin octobre

À quand les élections ? Telle a été la question de l’été, à laquelle la réponse …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous n\'êtes pas un vilain Troll... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.