ça s’est passé en janvier 2012

Mon activité de chroniqueur a ceci de particulier que la rédaction des textes est plus difficile en Islande qu’en France. L’immersion au cœur du Snæfellsnes rend parfois problématique l’accès à certaines informations et surtout la prise de recul (je n’ose dire « de hauteur » !) que j’essaie d’appliquer. Surtout lorsque cette immersion est aussi dans la neige, à laquelle se joint naturellement le vent pour rendre tout voyage très aléatoire… Or jamais depuis très longtemps il n’a autant neigé en Islande, au point que certains membres de la délégation parlementaire au Conseil Nordique ont du dormir dans le bus devant les ramener de l’aéroport de Keflavík à Reykjavík… Événement politique ?
En fait il ne semble pas que le mois de janvier ait contribué à pacifier la vie politique de l’île, au contraire. Et c’est sur celle-ci que, contraint de faire bref, je focaliserai cette chronique, remettant à fin février l’analyse d’une information économique en tous points comparable à celles des mois passés : principaux indicateurs au vert hormis l’inflation (prévision de 0.28% en janvier, soit 6.5% en un an).
La chronique de décembre avait du recevoir in extremis un « dernier heure » pour deux informations, toutes deux politiques : le nouveau gouvernement et la décision du président Ólafur Ragnar Grímsson, élu en 1996, de ne pas se représenter. 

Que va faire Ólafur Ragnar Grímsson ?

actualités islandePrésentant ses vœux à ses compatriotes, le Président explique donc qu’il aspire à plus de temps libre pour lui et sa famille ; mais il ajoute : « ma décision n’est pas un retrait, mais au contraire le début d’un nouveau cheminement, de nouvelles contributions selon les idées qui m’importent depuis longtemps ; plus libre pour les exprimer et plus riche d’une expérience présidentielle à mettre au service de ceux que le peuple choisira ».
Compte tenu des positions qu’il a laissé entrevoir, les opposants à l’adhésion à l’Union Européenne ne pouvaient que se féliciter de ce renfort ! Pourtant les exégètes, puis d’autres de plus en plus nombreux, croient que le président Ólafur Ragnar pourrait bien revenir sur sa décision s’il est sur d’être réélu… Une pétition en ce sens a déjà recueilli plus de 20000 signatures.

Le nouveau gouvernement

Il s’agissait, on s’en souvient, d’écarter Jón Bjarnason, Ministre de la Pêche et de l’Agriculture, jugé trop imprévisible, y compris dans son propre parti (Gauche Verte) ; mais il fallait ménager bien des susceptibilités afin que la coalition ne se brisât pas par la même occasion, par exemple en écartant un ministre appartenant à l’Alliance Social-Démocrate. Le couperet est tombé sur Árni Páll Árnason, Ministre du Commerce. Ceci permet la création du grand ministère de l’Activité Economique dont Steingrímur Sigfússon, Président de la Gauche Verte, alors Ministre des Finances, souhaite prendre la responsabilité ; la place ainsi libérée revient à Óddný G. Harðardóttir (Alliance Social-démocrate) auparavant présidente de la Commission des Finances de l’Alþingi. Soit 9 ministres ; bientôt 8 avec le départ de Katrín Júliúsdóttir, Ministre de l’Industrie, en congé de maternité.
Doit-on voir une modification du rapport de forces au sein de la majorité au profit de la Gauche Verte ? Les avis divergent : certains insistent sur le fait que le Ministère des Finances, qui revient à l’Alliance Social-démocrate, est un ministère très important ; d’autres constatent que le super ministère occupé par Steingrímur fait de lui un véritable Premier Ministre bis : il a la responsabilité de la pêche, l’agriculture, le commerce et bientôt l’industrie, avec trois enjeux majeurs pour les mois à venir : la gestion de la pêche, la négociation avec l’Union Européenne et plus généralement la relance de l‘activité économique sur des bases que la Gauche Verte voudrait différentes de ce qui avait été engagé avant la crise. Mais Steingrímur est de fait l’homme clé du gouvernement depuis la création de la coalition. De plus, président d’un parti souvent divisé, il a su faire preuve d’habileté et pragmatisme ; ce devrait être à nouveau le cas sur les quotas de pêche et sur la négociation avec l’UE, bien qu’il ait plusieurs fois confirmé son hostilité à l’adhésion.
Outre la direction du gouvernement et les Finances, l’Alliance garde un ministère clé : les Affaires Etrangères ; et le Ministère du « Bien-être » a lui aussi beaucoup d’importance en ce lendemain de crise. Pourtant ce parti, jusqu’ici uni derrière Jóhanna, semble en proie à un certain malaise, avec notamment le souhait publiquement exprimé par Össur Skarphéðinsson, Ministre des Affaires Etrangères, d’un rajeunissement de sa direction. Ce malaise croît encore avec des positions discordantes à propos du procès de Geir Haarde.

Geir Haarde et la Haute Cour de Justice

actualités islandeRappelons qu’à la suite du rapport de la Commission d’enquête nommée le 12 décembre 2008, l’Alþingi avait décidé de faire examiner par une commission ad hoc la situation des ministres d’alors mis en cause. Comme on pouvait s’y attendre cette commission, composée de neuf députés et présidée par un membre de la Gauche Verte n’était pas parvenue à un accord : cinq d’entre eux, membres de partis qui n’étaient pas au gouvernement de l’époque, demandaient que quatre ministres soient jugés : Geir Haarde, alors Premier Ministre et Président du Parti de l’Indépendance, Árni Matthiesen (Ministre des Finances, Parti de l’Indépendance), Ingibjörg Sólrún Gísladóttir (alors Ministre des Affaires Étrangères et Présidente de l’Alliance), qui pourtant n’avait pas été mise en cause par la Commission d’enquête, et Björgvin Sigurðsson (Ministre du Commerce, Alliance). Deux députés, tous deux membres de l’Alliance, demandaient que seuls les trois premiers soient jugés (donc leur ancienne présidente !). Les deux représentants du Parti de l’Indépendance refusaient toute mise en jugement. 
La polémique fait rage, notamment lorsque Jóhanna Sigurðardóttir, défavorable à ces mises en jugement, critique les travaux de la commission. L’Alþingi se prononce le 28 septembre 2010 sur chacun des cas : par 33 voix pour et 30 contre, seul Geir Haarde sera jugé par la Haute Cour. Celle-ci s’installe avec beaucoup de lenteur : certains de ses membres désignés de par leurs fonctions se désistent en arguant de trop de proximité avec l’ancien Premier Ministre. Et voici qu’au moment où elle va enfin se réunir, Bjarni Benediktsson, successeur de Geir à la tête du Parti de l’Indépendance, dépose une proposition de loi demandant à l’Alþingi de revenir sur sa décision. La polémique reprend entre les partis, mais aussi en leur sein, alimentée par des prises de position inattendues, de Ögmundur Jónasson et de Jóhanna Sigurðardóttir. Le premier, Ministre de la Justice membre de la Gauche Verte, explique dans son blog qu’il s’est trompé en votant pour l’incrimination de Geir Haarde ; cet aveu fait grand bruit, d’une part parce qu’il est exprimé publiquement par le Ministre de la Justice, dont la fonction est précisément d’assurer le bon déroulement du procès, d’autre part parce qu’avec ses deux alliés indéfectibles au sein de la Gauche Verte, il peut effectivement entraîner un vote favorable à la motion déposée par le Parti de l’Indépendance, ennemi de toujours ! De son coté, Jóhanna, qui en septembre 2010 a eu des mots très durs à propos de cette incrimination, souhaite cette fois que le procès aille à son terme. Selon elle, l’Alþingi ne peut revenir sur son vote.
Ce point effectivement fait débat. Un député de l’Alliance dépose donc une motion demandant que le vote n’ait pas lieu. Elle est repoussée le 21 janvier par 31 voix contre 29. La Gauche Verte est divisée, comme l’est l’Alliance : deux de ses députés votent contre ce texte – donc contre l’incrimination de Geir -, et pas des moindres : Össur, Ministre des Affaires Etrangères, revenu tout spécialement de l’étranger pour voter, et Árni Páll, fraichement exclu du gouvernement. Le texte déposé par Bjarni va donc poursuivre sa vie de proposition de loi, avec de bonnes chances d’être approuvé.
Jóhanna est en colère. Pourtant elle refuse l’idée d’élections anticipées, considérant que son gouvernement a encore trois missions essentielles à conduire : la négociation avec l’UE, la refonte de la politique des quotas de pêche, et la réforme constitutionnelle sur la base du texte proposé par la Commission Constitutionnelle, qu’elle semble une des rares à n’avoir pas oublié. 

La réforme constitutionnelle

actualités islande
Copyright Stjórnlagaráð

Je l’ai déjà écrit : en exigeant par défiance de l’Alþingi, un référendum préalable à l’examen de son texte par ce dernier, la Commission Constitutionnelle a singulièrement compliqué la tâche de ses partisans. A ce référendum, maintenant repoussé à l’automne pour des raisons techniques (?), ce sera tout ou rien, et vraisemblablement rien… 

Pourtant l’épisode précédant montre s’il en était besoin combien une réforme est nécessaire, notamment pour ce qui concerne la séparation des pouvoirs. Est-il sain que le Ministre de la Justice exprime son opinion sur une affaire en cours même si celle-ci ne relève pas de la justice ordinaire, puis soit conduit à voter en tant que député sur la pertinence de celle-ci ? Sain qu’un ministre interrompe une mission à l’étranger pour venir voter à l’Alþingi ? Craignait il que son suppléant ne votât pas comme lui ?
Les atermoiements du Président Ólafur Ragnar, certainement liés à la place de sa fonction dans les institutions, témoignent aussi de cette nécessité. 

Relations extérieures

L’Islande a signé le 24 janvier un important accord avec la Banque Mondiale sur la recherche géothermique en Afrique de l’Est. Le potentiel est estimé à 14000MW. 
 
Pendant ce temps la vie continue…
  • 07.01 – échecs : Nansy Davíðsdóttir est la première fille à devenir championne d’Islande « enfants » (6 à 11 ans) ; il y avait 88 engagés.
  • 25.01 – le chalutier Hallgrímur sombre entre l’Islande et la Norvège ; 70 nœuds de vent, vagues de 15 mètres… Eiríkur Ingi Jóhannsson est repêché par un hélicoptère après avoir passé 3 heures dans l’eau ; les 3 autres marins sont portés disparus.
  • fin décembre 2011 – janvier 2012
  • Météo : l’Islande est sous la neige comme jamais… les tempêtes se succèdent à un rythme élevé rendant les routes impraticables même pour des 4×4. A titre de consolation, l’Office Météorologique informe les Islandais que grâce à un été particulièrement chaud (jusqu’à 20° à Reykjavík et 24.8° à Húsavík !) la température moyenne en 2011 a été de 5.4° à Reykjavík, ce qui est supérieur aux moyennes habituelles.
  • Quant aux oies, gênées par la neige, elles envahissent les rues de Reykjavík…

À propos de Michel

Ces lignes sont le résultat de lectures, de suggestions et d’informations que je peux obtenir autour de moi, mais elles n’engagent que ma seule responsabilité.

Vous devriez lire

ORG et son épouse

Les élections présidentielles en Islande au coeur de l’actualité d’avril

Actualité politique Après un exceptionnel emballement, qui me conduit à la rédaction d’un numéro spécial …

10 comments

  1. Alors que le froid quitte la France, c’est avec un grand plaisir que je découvre votre blog sur un territoire qui m’attire depuis de nombreuses années mais sur lequel je n’ai pas encore trouvé le temps d’y poser mes pieds….alors en attendant, je reviendrai y suivre son actualité et ses brèves. Alors merci d’avoir visiter mon blog ce qui m’a permis de connaître le votre 🙂

  2. il est vrai Malyss, que contrairement à la France, en Islande la neige n’est pas vraiment un souci ! Mais le fait qu’il y ait plus de neige ici que là-bas n’entre pas en ligne de compte. Question de mentalité !

    Surtout pour des politiciens Delphinium !

    je publie tout Roger 🙂
    sauf les spams et les commentaires insultants !

    Merci Agathe. Revenez aussi souvent que vous le souhaitez.
    Sur ce blog, comme en Islande.

  3. Bonsoir,
    J’aimerais juste vous remercier pour votre blog que je trouve vraiment intéressant, j’ai visité l’Islande l’année dernière et je n’attends qu’une chose c’est de pouvoir y retourner… J’aime beaucoup le découvrir autrement qu’à travers des blogs de voyage forcément moins exhaustifs.
    Bonne continuation

  4. vieux et usé (mon pays dans lequel je vis), pas envie de finir ma vie ici, que mes os blanchissent dans un champ de lave sous des ciels plus beaux, changeants, tourmentés, froids coupants, glaciaux (ou glacials ?)…. Commentaire désabusé,pas forcément à publier….

  5. rien a voir, mais si sarko est réelu ici chez nous en France, est il possible de demander l’asile politique en Islande ? Ca reste entre nous lislandais, t’es pas obligé de publier ce commentaire…

  6. Dormir dans un bus? ce ne doit pas être agréable. Même pour des politiciens.

  7. Pour que les gens qui vivent en Islande trouvent qu’il y a beucoup de neige, c’est qu’il doit vraiment, vraiment , y en avoir beaucoup!..Une sudiste que ça laisse rêveuse.(mais qui aurait surement bien du mal à gerer la situation! :o)

  8. Quelle jolie analogie Roger 🙂

  9. Ca doit être sympa plein d’oies dans les rues de Reykjavik, elles au moins n’auront pas été plumées comme le reste des Islandais !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous n\'êtes pas un vilain Troll... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.