Accueil > A la une > Fête de l’hiver au pays de la suffisance

Fête de l’hiver au pays de la suffisance

Cette semaine, nous avons fêté l’hiver à Reykjavík. Un hiver merveilleux, avec un soleil radieux vers midi, et des aurores boréales mouvantes la nuit tombée. Un hiver sans grand vent, sans tempête, sans neige. L’air est frais et vivifiant. Les oies bernaches côtoient les grands corbeaux le long des bandes de gazon, broutant fraternellement des débris de hamburger et autres délicatesses urbaines. La ville de Jón Gnarr est une merveille.

A propos, Jón Gnarr, le Maire de Reykjavík, a annoncé qu’il ne se porterait pas candidat pour ce poste. C’est dommage. Il n’a pas abusé de son pouvoir, lui. On pourrait certes critiquer certains aspects financiers de la compagnie d’énergie de Reykjavík, ses investissements démesurés et ses richesses accumulées, mais de manière générale, Jón Gnarr a été comme un litre d’eau pure dans le désert de la corruption. En plus, il est charmant, il est drôle et ne se prend pas au sérieux.

Jón part alors que d’autres, fonctionnaires et hommes politiques dont on aurait plaisamment accepté la démission depuis longtemps, restent. Le petit monde du pouvoir n’est-il pas au comble de la fatuité ? D’ailleurs, je crois bien que personne n’a jamais démissionné en Islande; c’est bien étrange, il y aurait pourtant matière a se réjouir de certains départs.

hiver en islande
Hanna Birna Kristjánsdóttir

Ces jours-ci, on parle beaucoup de la Ministre de l’Intérieur, qui fait comme si elle n’était pas responsable de son ministère. En effet, si elle l’était, elle se serait éclipsée depuis des semaines. Son ministère fait l’objet d’une enquête judiciaire. Une note confidentielle aurait été communiquée aux médias, au sujet d’un demandeur d’asile brutalement rapatrié il y a quelques semaines. Cette note contenait des informations délicates sur la vie privée de ce réfugié, et elles se sont depuis avérées erronées. Pourquoi démissionner, doit se dire cette brave dame ? Depuis que la république islandaise existe, les bourdes commises au fil des décennies par de nombreux autres ministres n’ont jamais conduit à une démission.

Et puis ce soir, notre nouveau Premier Ministre est apparu au journal télévisé : il traitait la Banque Centrale d’Islande de trouble-fête, car elle s’était permis d’entreprendre des calculs pour prédire l’influence qu’auraient certaines opérations du gouvernement sur les taux d’intérêt, sans que le sieur Sigmundur Davíð Gunnlaugsson lui ait demandé quoi que ce soit. C’est pourtant bien le rôle de la Banque Centrale que de re-calculer les taux d’intérêts sans qu’on en fasse la demande expresse.

hiver en islande

Alors surtout, si on ne vous demande rien, ne faites rien, même si cela doit normalement faire partie des tâches ordinaires !

En attendant, profitons de cet hiver lumineux et laissons fermenter les fâcheux.

© Photo à la une : www.vb.is

À propos de Olof

BZH ~ IS

Vous devriez lire

Althingi

Élections législatives islandaises fixées à fin octobre

À quand les élections ? Telle a été la question de l’été, à laquelle la réponse …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous n\'êtes pas un vilain Troll... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.