Accueil > A la une > Quel avenir pour le parti Pirate islandais ?

Quel avenir pour le parti Pirate islandais ?

Des Pirates…

Voici un an j’ouvre ma chronique sur une éruption qui vient remplacer celle de Holuhraun : les Pirates sont crédités de 25 à 30% d’intentions de vote, soit le double du mois précédent. De 3 députés élus en 2013 avec 5.1% des voix ils passeraient à 20 ! De tels coups de feu sont fréquents dans la vie politique islandaise, et éphémères ; personne n’y croit, le rédacteur de ces lignes pas plus que d’autres plus avertis.

Même les Pirates doutent : cela ne peut pas durer !

parti Pirate islandais
© http://this.is/birgitta/

Un an plus tard, et à 14 mois des prochaines élections législatives, les Pirates sont crédités de 40% des intentions de vote ! Au départ il y a Birgitta Jónsdóttir. Née à Reykjavík voici près de 50 ans Birgitta a un passé « à l’islandaise », tour à tour, ou simultanément, graphiste, journaliste, traductrice et évidemment poète, en Islande, mais aussi en Nouvelle-Zélande, en Grande Bretagne, en Norvège, aux Etats-Unis… Fin 2008 elle est parmi les fondateurs du Parti des Citoyens créé pour donner une suite politique aux manifestations « des Casseroles », et est élue en 2009 parmi les 5 députés que ce parti obtient lors des élections du printemps. Elle n’y paraît pas à l’aise mais essaie de profiter de son statut pour favoriser l’introduction en Islande du mouvement WikiLeaks lancé par Julian Assange.

La mise sur la place publique de toutes informations devient alors son cheval de bataille, ce qui la conduit à créer en 2012 avec Smári McCarthy et Jason Katz une branche du mouvement né en 2006 en Suède et déjà présent dans plus de 60 pays. À la surprise générale – déjà ! -, les listes Pirates dépassent grâce à de bons scores à Reykjavík la barre des 5% et obtiennent 3 sièges. Outre Birgitta sont élus Jón Þór Ólafsson et Helgi Hrafn Gunnarsson, qui ont en commun d’être de grands voyageurs. Tous trois font un travail remarqué à l’Alþingi et très vite le parti s’installe durablement au-dessus de 10%.

PirateParty (1)

Après 2 années de mandat Jón Þór Ólafsson préfèrera revenir à son métier de technicien des routes et laisser la place Ásta Guðrún Helgadóttir (26 ans). Aucun ne s’attend au coup de tonnerre de mars 2015 : les voici propulsés entre 25 et 30% selon les sondages. La raison immédiate est évidente : afin de ne pas exposer le gouvernement à un référendum sur la poursuite des négociations d’adhésion à l’UE qu’il risque de perdre, Gunnar Bragi Sveinsson, Ministre des Affaires Etrangères (Parti du Progrès) a décidé de passer en force. Pas de référendum malgré les promesses électorales, pas même de débat à l’Alþingi, une simple lettre adressée aux dirigeants de l’UE les informe que les négociations, suspendues depuis 2 ans, sont rompues. Il crée ainsi un véritable appel d’air pour un mouvement dont le mot d’ordre international est « We want you to decide » !

En Islande les Pirates reprennent certains des thèmes internationaux notamment la limitation dans le temps des droits d’auteur afin de favoriser le « peer to peer », mais c’est leur volonté de promouvoir une autre manière de faire de la politique qui attire des électeurs désespérément en quête de nouveauté. En tête de leur programme est la volonté de promouvoir la démocratie directe par le développement du référendum. Confier la décision aux intéressés suppose que ceux-ci soient informés en toute clarté : c’est le deuxième point de leur programme. Et en état de participer activement à la vie sociale, d’où l’accent mis sur la capacité pour tous d’accéder à tout, et sur la santé.

Quant au système scolaire il doit mettre l’accent sur la participation à la vie sociale et les nouvelles disciplines. Les autres thèmes du programme s’inspirent évidemment de ces idées. Jusqu’au fonctionnement interne du mouvement : il n’aura pas de président ni même de membre plus important qu’un autre, seulement un « Kapteinn », Birgitta d’abord puis, depuis l’été 2015, Helgi Hrafn Gunnarsson … En insistant ainsi sur la capacité des citoyens à décider eux-mêmes, les Pirates s’exposent à la critique de ne pas avoir de programme. Birgitta explique que si les Pirates gagnent les élections de 2017, la législature sera brève : le temps de réformer la constitution selon le projet de la Commission Constitutionnelle créée en 2010 et d’organiser enfin ce référendum sur la poursuite des négociations d’adhésion à l’UE. Mais quel autre parti acceptera de s’allier à eux dans ces conditions ?

Et ensuite ? Les deux partis au pouvoir sont violents : qu’est-ce que ce mouvement qui aspire à gouverner sans pouvoir préciser ce qu’il veut ! En vain : l’état de l’opinion est tel que ces critiques renforcent les Pirates ! Si parmi les électeurs potentiels des Pirates beaucoup sont attirés par ses thèmes et les personnalités de ses fondateurs, plus encore s’expriment en répulsion pour les partis traditionnels

Helgi Hrafn
Helgi Hrafn

Helgi Hrafn, qui passe aujourd’hui pour le véritable animateur du mouvement, reconnaît volontiers que celui-ci n’est pas organisé pour faire face à son succès et une éventuelle accession au pouvoir. Il admet que des clarifications sont nécessaires tant sur le programme du parti que sur sa direction. D’où les premiers craquements, où Birgitta et lui-même s’excusent tour à tour et reconnaissent qu’ils ne se parlent pas assez… Il est trop tôt pour que ces craquements affectent les intentions de vote, de l’ordre de 35 à 40%, mais elles pourraient bien s’en trouver modifiées. A suivre.

La réforme constitutionnelle

Sentant la menace Sigmundur Davíð Gunnlaugsson, Premier Ministre, s’est souvenu qu’en 2009 il a été l’inspirateur de la Commission Constitutionnelle, dont il a ensuite contribué à enterrer les travaux. Le projet a été relancé fin 2013 et confié à une commission formée de juristes et dirigeants politiques. Celle-ci vient de publier ses propositions sur trois domaines, proches de celles de la défunte Commission Constitutionnelle :

  • reconnaissance de la propriété collective du peuple islandais pour tout ce qui n’est pas privé, et donc une juste indemnisation de l’usage de cette propriété. En bon islandais, il s’agit essentiellement des quotas de pêche,
  • affirmation que la protection de la nature et de l’environnement est la responsabilité de tous dans un objectif de développement durable,
  • développement de la démocratie directe par l’organisation de référendums sur des lois votées par l’Alþingi s’ils sont demandés par une pétition réunissant au moins 15% des électeurs.

Ces textes vont faire l’objet de débats, dans l’opinion puis à l’Alþingi où ils doivent être votés par 2/3 des députés avant d’être soumis à référendum. Nous aurons donc l’occasion d’y revenir.

D’ores et déjà Birgitta Jónsdóttir, qui représentait les Pirates dans la commission, a fait part de son insatisfaction pour ce qui concerne le nombre minimal de pétitionnaires nécessaire pour provoquer un référendum qu’elle aurait voulu ramené à 10%. D’autres débats sont en cours, notamment sur les transferts de souveraineté en cas d’accords internationaux et sur l’opportunité de laisser au Président le droit de provoquer un référendum en refusant de promulguer une loi.

L’élection présidentielle

Salvör-Nordal
Salvör Nordal

La commission ne semble pas vouloir s’engager dans une réflexion sur les pouvoirs du Président de la République, non plus que sur la séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, où pourtant il y a de gros progrès à faire. Trop tard bien sur pour le prochain mandat présidentiel mais qui pourrait éclairer les candidatures : « société civile » ou politique ? Pour les premiers le nom de Salvör Nordal, ancienne présidente de la Commission Constitutionnelle, commence à émerger ; parmi les derniers, Þorgerður Katrín Gunnarsdóttir, ancien ministre de l’Éducation (Parti de l’Indépendance) marginalisée pour cause d’européanisme, et Össur Skarphéðinsson, ancien ministre des Affaires Étrangères (Alliance Social-démocrate) font des tests… Et peut- être Katrín Jakóbsdóttir (Gauche Verte), de loin la plus populaire.

Situation économique

Le commerce extérieur

commerce ext islande

Le graphique ci-dessus, exprimé en milliards d’Ikr, est éloquent : pour ce qui concerne les biens la balance commerciale est devenue déficitaire, plus sous l’effet d’une progression des importations que d’un ralentissement des exportations.

Plusieurs raisons à cela :

  • aux exportations :
    -la perte de compétitivité due à la progression de la Couronne + 17% depuis février 2012 par rapport à l’Euro, + 23% par rapport au panier de devises de la Banque Centrale,
    -la chute des cours mondiaux de l’aluminium et de quelques catégories de produits de la pêche, -la perte de marchés importants en Russie mais aussi en Afrique (poisson séché au Nigeria),
  • aux importations : progression de la demande tant des particuliers que de biens d’investissement.

Pour 2015, les principaux postes sont les suivants :

expot-import islande

Bien évidemment, grâce au tourisme, la balance des services, non encore connue, viendra plus que compenser ce déficit…

Prix : Malgré des anticipations pessimistes consécutives aux fortes augmentations de salaires, les prix à la consommation restent conformes à l’objectif de la Banque Centrale : 2.5%. La bonne tenue de l’Ikr évoquée plus haut y est pour beaucoup, mais pour y parvenir la BCI se trouve contrainte de maintenir un taux de base bancaire très élevé : 5.75%.

Emploi : Le chômage se situe autour de 2.5%, ce qui est très faible en période hivernale. Il est vrai que les tempêtes récurrentes n’arrêtent pas la progression du tourisme hivernal, de l’ordre de 25% !

Autre indicateur de bonne santé économique même s’il est très critiqué : les banques annoncent des bénéfices record, soit pour les trois banques (re)créées après leur faillite de 2008 : 106.7 milliards d’Ikr (755 millions d’euros) en progression de 30% par rapport à 2014 ; ce qui génère des dividendes et des bonus importants.

…Et nous conduit au social…

Actualité sociale

Immigration Selon Kristín Völundardóttir, Directrice Générale de l’Office des Etrangers, l’Islande n’a jamais reçu autant d’immigrants (50 dont 20 venus d’Irak et de Syrie) qu’en janvier 2016 et doit s’attendre à en recevoir plus de 600 en 2016, d’où la nécessité d’ouvrir de nouveaux lieux d’accueil. La longueur de traitement des dossiers et leur approche bureaucratique sont souvent critiquées. Ainsi un Nigérian en Islande depuis 6 ans, ayant un emploi et vivant depuis deux ans avec une Islandaise, aurait été expulsé au motif qu’il n’était pas menacé dans son pays si sa situation n’avait été évoquée dans la presse. Car l’hospitalité reste une valeur fondamentale valorisée dès le plus jeune âge. Sur ce site web on peut entendre des enfants accueillant un nouvel élève par une chanson de bienvenue chantée en arabe.

Liberté de la presse

Jón Ásgeir Jóhannesson
J. Á. Jóhannesson – © http://ingimarkarl.is/

Retour aux Pirates, qui ont raison de mettre en question la liberté de la presse dans leur pays. Sigríður Gunnarsdóttir est mécontente du service et des produits vendus dans les magasins Bónus, notamment celui de Stykkishólmur, seul magasin d‘alimentation de la ville. Parce que le directeur ne répond pas à sa lettre elle en reprend les termes dans une „libre opinion“ qu‘elle adresse à  Fréttablaðið. « Plus tard » lui répond-on. Est-ce parce que le journal et les magasins Bónus ont le même propriétaire Jón Ásgeir Jóhannesson ? Le texte est alors envoyé à Morgunblaðið, qui se fait un plaisir de le publier immédiatement ; chacun sait en effet que Davíð Óddson, ancien Premier Ministre reconverti en rédacteur en chef, déteste le premier…

Relations extérieures et défense

Le 4 février Sigmundur Davíð Gunnlaugsson participe au sommet de Londres sur les réfugiés syriens et des pays limitrophes. Auparavant il a passé 3 jours au Liban afin de se faire une opinion précise sur la situation.

L‘information envahit la presse étrangère plus que l’islandaise : les Américains reviendraient en Islande. Le Ministère des Affaires Etrangères doit publier un communiqué : non, rien de tel n‘est prévu sinon la poursuite de contacts périodiques, nécessaires en ces temps troublés par la présence toujours plus fréquente de sous-marins russes dans l‘Atlantique Nord. Un tel contact a lieu effectivemement le 24 février, dont le communiqué prend soin de préciser qu‘il s‘agit vraiment de routine…

Pendant ce temps la vie continue…

    • 01-02 : 62% sont contre la vente de vin et de bière dans les supermarchés,
    • 08-02 : l’heure de parking à l’aéroport de Keflavík passera de 230 à 1500 Ikr à partir du 1er avril,
    • 16-02 : 10% sont contre la présence d‘un couple homosexuel à Bessastaðir (résidence du Président),
    • 21-02 : la consommation d’eau froide (comprendre WC) a sensiblement diminué durant la présentation du dernier épisode de la série « Ófærð » (en français « Trapped ») et augmenté après, preuve de passion,
    • 22-02 : 245 touristes étrangers se sont blessés en 2015, dont plus de la moitié dans le sud,
    • 25-02 : il faut donc éduquer ces touristes ! L’agence « Inspired by Iceland» créée donc son « Academy« . Celleci vient de mettre en ligne 4 vidéos dont la plus remarquée est l’apprentissage de la douche, exercice si difficile à mes concitoyens !
 Sélection iconographique effectuée sous l’entière responsabilité de la rédaction de Vivre en Islande.

À propos de Michel

Ces lignes sont le résultat de lectures, de suggestions et d’informations que je peux obtenir autour de moi, mais elles n’engagent que ma seule responsabilité.

Vous devriez lire

photographie islande

L’Islande vue par… Justine qui l’a photographié !

Janvier 2015, je boucle ma valise et monte dans un avion quiatterrira quelques heures plus …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous n\'êtes pas un vilain Troll... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.