Accueil > L'Islande, vue d'ici > L’Islande au quotidien (page 5)

L’Islande au quotidien

Les chroniques du quotidien en Islande.

Maður er manns gaman *

L’un des avantages de la vie à l’intérieur d’une petite communauté, c’est qu’on est plus que jamais maître de son propre bonheur. Les divertissements y sont bien plus rares que dans une mégapole où règne l’embarras de choix de concerts, pièces de théâtre, expositions, conférences… Pour certains, il est sans doute difficile de comprendre pourquoi c’est un avantage de vivre dans un endroit où ce choix est nettement moindre. Quelque part, c’est une attitude à adopter, une manière de voir la réalité sous un angle positif. Mais pas seulement. Dans une petite communauté, on passe …

Lire plus

L’Islande ? Mais quelle Islande ?

L’année du cheval est proche. Le cheval islandais, lui, ne reconnaît plus son pays. Il m’est de plus en plus difficile de concilier, d’une part, la vision offerte par divers media internet de la société islandaise, empreinte d’un sensationnalisme optimiste plein de sous-entendus pas clairs : l’Islande a résolu la crise – l’Islande a emprisonné les banksters – l’Islande a tout compris mais on n’en parle pas – et d’autre part, la réalité telle que la vivent mes amis et mes proches en Islande. On comprend que ceux qui aiment l’Islande et les Islandais veuillent …

Lire plus

RÚV : radio de service public ou radio commerciale ?

RUV

L’Islande n’est assurément pas le seul pays qui, face aux coupes budgétaires jugées indispensables dans la plupart des pays d’Europe (et d’ailleurs), se pose la question de savoir si une radio nationale est nécessaire, quel type de radio nationale est envisageable, et donc quels doivent être ses objectifs et ses perspectives. Les remous occasionnés par les coupes sombres dans le personnel et la gestion de RUV (Ríkisútvarpið), en novembre dernier, ont eu des conséquences immédiates. Personne est insensible à l’existence ou à l’avenir de RUV et ce, pour bien des raisons. Elle émet sur deux chaînes de …

Lire plus

Dans les bras des siècles

nouvel an islande

Encore une fin d’année. Encore un nouvel an qui démarre. Comme toujours, cette étape inévitable me laisse un peu perplexe, un peu confuse, un peu triste. Je suis de genre à verser une larme lorsque j‘entends ces mots traditionnellement chantés en Islande : Nú árið er liðið í aldanna skaut og aldrei það kemur til baka (grosso modo : « cette année est passée dans les bras des siècles et ne reviendra jamais »). Même toute petite, je répugnais à sortir à minuit pour fêter la nouvelle année à la façon de mes compatriotes : envoyer des feux d’artifices en l‘air comme si notre …

Lire plus

Noël en Islande : entre traditions et innovations !

Noël en Islande

Noël en Islande comme partout ailleurs dans les pays de culture occidentale et chrétienne est un symbole à bien des titres. Ici aussi les traditions sont omniprésentes et occupent une large place dans nos conversations. Ceux qui lisent les chroniques de « Vivre en Islande » doivent connaître les fils de Grýla qui tiennent le rôle de Pères Noël sans en être, avec leur humour grinçant ou déluré qui reflète bien les craintes ou les priorités des temps passés. Ils connaissent sans doute aussi l’une des particularités des réveillons islandais – le laufabrauð – que …

Lire plus

Soleil d’hiver

noel islande

Décembre. Ce matin, la terre couverte de neige craquait sous mes pieds alors que de gros flocons de neige dansaient autour de moi, sans faire du bruit. Le jour n’était pas encore levé mais grâce à cette couverture blanche, le noir n’était pas aussi omniprésent. Nous nous approchons du solstice d’hiver, lorsque les jours sont courts et les nuits si longues. C‘est la période la plus sombre de l’année, on a l’impression que le soleil ne bouge quasiment plus, inutile de regarder vers l’Est le matin et encore moins vers l’Ouest le soir, rien à …

Lire plus

24h de la vie d’un libraire à Reykjavik

libraire reykjavik

Ari est un épicurien. Il alterne habilement entre son inclination pour les choses de l’esprit et un insatiable engouement pour les plaisirs de la vie. A fortiori s’ils s’ingurgitent. C’est qu’il peut faire frisquet en Islande. Les petits creux impromptus se font souvent sentir et les occasions de les combler raisonnablement ne manquent pas. Alors l’ancien journaliste de Morgunbladid ne se prive guère. Il vaque d’une occupation littéraire à une sustentation organoleptique avec la certitude que l’une et l’autre sont indissociables, qu’elles sont comme les deux plaisantes mamelles nourricières d’une même quiétude. Libraire à Reykjavik …

Lire plus

Jón Gnarr, politicien apolitique – ou la politique redécouverte ?

jon gnarr

Jon Gnarr ? En 2010, son élection avait fait sensation. En Islande, la première réaction fut l’incrédulité. Un clown à la tête de la mairie de Reykjavík ? Encore une occasion de séparer la nation en deux blocs s’opposant, mais cette fois ci sur des critères totalement différents de ceux auxquels on était habitué : les « sérieux » de la politique d’un côté, les « clowns » de l’autre. La politique est pourtant une chose sérieuse, pour ceux qui en font – ou non. Et puis Reykjavík ne fut pas la seule municipalité à rejeter le système sacro-saint …

Lire plus

Avent et ectoplasme !

fantôme islande

Voici venu l’hiver, avec ses journées si courtes qu’on n’a plus envie de se lever. La lumière électrique reste allumée du matin au soir, et on attend le solstice d’hiver qui signale le retour du soleil, un pas de poule par jour, comme on dit, jusqu’à l’équinoxe, puis le merveilleux solstice d’été, avec son soleil de minuit. Oui, heureusement qu’il y a l’électricité… Et nos ancêtres, comment s’en sortaient-ils ? Pour la lumière, ils n’étaient pas gâtés : des bougies de suif, des lampes à huile de foie de poisson. Le faible éclairage des logis …

Lire plus

Chronique : In urinae veritas

Je suis une grande utilisatrice des toilettes publiques. Je ne crains pas les mauvaises odeurs parce que j’y suis plus ou moins immunisée. Vous comprenez dans mon boulot, j’accompagne des personnes aux lieux d’aisance et croyez moi, j’en change des couches. Tant que ça sort d’un nez, je suis solide, blindée. En revanche, je suis sensible à l’idée d’être exposée aux armes biologiques que sont les virus, germes et autres streptocoques qui raffolent de la promiscuité des WC publics. Pour vous dire la vérité, je revois ma vie défiler dès que je pénètre dans cet …

Lire plus